Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 13:27

 

 

 

Calvin-et-Hobbe---Bill-Watterson---Album-N-112---Page-27.jpg

Published by Jimidi - dans Dessin - BD
commenter cet article
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 12:40

 

 

Diane Dutey - Avatar

 

 

Lettrine (E Céanothe) Le carnet de Jimidi

 

 

 

 

t donc, après deux parties de laser-game avec les stagiaires, dont j’ai encore les courbatures,  (ils m’ont tué. Plusieurs fois chacun d’ailleurs.) je posais Slah à Vaise pour qu’il rentre dans son foyer, et je regagnais tranquillement Villefranche par les bords de Saône, ajoutant une petite étape clandestine à Collonges au Mont d’Or pour aller voir mon frère Christophe, l’ébéniste.

 

On a bavardé, échangeant des nouvelles des uns et des autres. J’en profite pour glisser quelques messages personnels : Françoise ? Ta commode est prête : elle est superbe. Coline ? Christophe et Cathy ne comptent pas venir en Corse en mai. Puis on est monté à l’étage de sa caverne d’Ali Baba et j’ai pu de nouveau voir ces deux vielles à roues sur lesquelles il travaille à temps perdu. Attention : il ne s’agit pas d’instruments anciens qu’il restaurerait, non : il les crée ex nihilo. Autant dire à partir de rien. Oui, bon, d’accord : essentiellement à partir de bois et de documentation. Elles sont ahurissantes et depuis, je me baffe, matin midi et soir de n’avoir pas pensé à les prendre en photo, d’autant que j’avais l’appareil dans le sac (mais le sac dans la voiture, c’est vrai...) Il faudra donc y revenir, ce qui tombe bien, vu que les deux mervielles à roues ne sont pas le sujet de cet article.

 

Parmi les nouvelles échangées des uns, des autres, Christophe me parlait des dessins de sa fille Diane, qui doit avoir (aïe !) quinze ou seize ans. Il m’en parlait avec des petites lumières dans les yeux, que je mettais alors sur le compte d’une bien compréhensible fierté paternelle, dont on sait l’indulgence. Il me demandait si ça m’intéressait de voir les dessins de Diane - et comment ! Je lui donnais alors une nouvelle fois mon adresse mail et le soir même Diane m’envoyait quelques dessins.  

 

...

 

Ah ouais, d’accord ! J’en suis resté un peu sur le cul, quelque peu médusé, d’autant que renseignements pris, la très jeune demoiselle commence classiquement par un crayonné, suivi d’un encrage, puis elle scanne pour passer sous Illustrator et finaliser. Autant dire que la démarche est déjà très professionnelle et assurée, au moins autant que son coup de crayon.  Chapeau, ça promet !

 

 Diane Dutey - Dessin

Diane Dutey - Crayonné

 

 D'autres dessins et crayonnés sur le mini blog de Diane 

Published by Jimidi - dans Dessin - BD
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 21:24

 

 

Moebius - RIP - Le carnet de Jimidi

 

 

Lettrine--P-Moebius--Le-carnet-de-Jimidi.jpg

 

 

our les mots, je reprends à mon compte ceux de Sébastien sur son blog :


«  (...) Les hommages vont se succéder à n'en pas douter de la part de ses pairs et du monde de la culture, je vois déjà d'ici les témoignages provenir du Japon, des Etats-Unis, d'Europe et de la part des millions de lecteurs qui ont un jour partagé ses rêves fantastiques. Je me joins à eux pour adresser à Jean un bon voyage parmi les étoiles qu'il a tant explorées et dont il a rapporté des images indélébiles, et à sa famille des pensées tendres, respectueuses et amicales, exactement à l'image de ce grand monsieur qui, je peux en attester, savait parler d'une égale gentillesse aux humbles comme aux puissants.

Au revoir Jean, et merci encore pour tout. »


Et pour le reste, j’espère que le maître ne m’en voudra pas d’avoir trafiqué un de ses dessins.

 

Hommage à Moebius à partir d'une planche de Sur l'étoile

 

 

 

 

 

Voir aussi :

 

 


Published by Jimidi - dans Dessin - BD
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 00:19

 

Gaston Lagaffe - Page 15, album 13 - Le carnet de Jimidi

 

 

 

C'est celle là ? (Il y a deux planches mettant en scène du café extra fort. Dans l'autre, c'est De Mesmaeker qui le boit.)  

Published by Jimidi - dans Dessin - BD
commenter cet article
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 21:49

 

Je ne sais plus pourquoi je cherchais cet extrait d’une planche de Gaston, probablement pour illustrer ce qui me faisait rire aux larmes, mais voilà-t-y pas que ma brune l’a retrouvée (j’avais passé hier les albums en revue, mais trop vite.)

 

Gaston-N-10-page-43---Le-carnet-de-Jimidi.jpg

 


Published by Jimidi - dans Dessin - BD
commenter cet article
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 06:30

 

 

Félix Lorioux - Fables de La Fontaine - Le cochet le chat

 

Lettrine--T-Felix-Lorioux--Le-carnet-de-Jimidi.jpg

 

 

 

iens, puisqu’on en était aux albums ayant percé mon enfance1 pour continuer de pousser leurs bonnes feuilles jusqu’à mon actuel grand âge, mentionnons également les albums illustrés par Félix Lorioux (1872 - 1964) et tout particulièrement ceux consacrés aux fables de La Fontaine. J’aime énormément ces illustrations foisonnantes, dans lesquels se cachent un tas de détails et de bestioles. On dirait la coccinelle de Gotlib ( né en 1934, et la coccinelle, heu...1965 ?) mais avant la lettre.

 

Gotlib - coccinelle


D’ailleurs, pour ne rien te cacher, je vois une filiation très nette entre Grandville (1803-1847), autre illustrateur des Fables de La Fontaine, Félix Lorioux, qui aurait été un immense dessinateur de BD et mad meg. Cette filiation repose sans doute sur l’anthropomorphisme de leurs personnages, pour utiliser une formule tellement difficile à garer en créneau dans un blog que j’y dû m’y reprendre à deux fois pour qu’elle rentre ici entre deux conneries2.


Du coup, hop, j’ouvre ici un album consacré à Félix Lorioux.

 

Grandville - Fables de La Fontaine - La cigale et la fourmiLa Fontaine, illustré par Grandville

 

1 - Cf. « La petite taupe qui rêvait d’une barboteuse »

2 - Oui, je sais, j’ai déjà utilisé ailleurs cette formule. Et alors ?

Published by Jimidi - dans Dessin - BD
commenter cet article
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 08:24

 

Calvin et Hobbes (extrait de l'album - Gare au psychopathe

Peut-être certains d’entre vous saisiront-ils l’allusion entre cette planche de la BD « Calvin et Hobbes » et une discussion sur la spontanéïté vs la standardisation, qui nous agite en d’autres lieux, mais pour les autres, ceux qui ne connaîtraient pas encore l’oeuvre géniale de Bill Watterson, je les invite très chaleureusement à la découvrir. Achetez n’importe quel album : ils sont tous mieux les uns que les autres. C’est drôle, profond, intelligent, poétique, distrayant et très bien dessiné.

Published by Jimidi - dans Dessin - BD
commenter cet article
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 18:21

 

 

À dire vrai, je réalise en rédigeant ce billet, que même si je suis plutôt bon public (je crois) les occasions de me marrer franchement en lisant - je veux dire en lisant autre chose que mes propres conneries - sont finalement assez rares. Concernant la BD par exemple, j’ai en tête une certaine planche de Gaston Lagaffe (faudrait que je vous la retrouve), puis il y a cette BD de Titwane et, et, et... je crois bien que c’est tout. Je vous rassure : j’ai eu et j’aurai encore plein d’occasions de sourire, d’être amusé et de prendre plein de plaisirs différents en lisant, mais il semble que la bonne grosse hilarité soit finalement assez rare.

 

La deuxième bonne raison de faire figurer ici la BD de Titwane est que j’en ai marre de la chercher sur son carnet.

 

BDcachalot1-copie-1.jpg

Published by Jimidi - dans Dessin - BD
commenter cet article
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 23:43

 

 

Oui, bon, ça fait de l’article pas cher les fac-similés de planches d’albums de BD, mais en ce moment, j’ai pas le temps. Demain, promis, je rédige des brèves.

 

 

Philippe-Geluck---La-marque-du-chat---Le-carnet-de-Jimidi.jpg

Published by Jimidi - dans Dessin - BD
commenter cet article
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 23:01

 

  Honoré Daumier 3 - Le carnet de Jimidi

 

 

Honoré Daumier (Marseille 26 février 1808 - Valmondois 10 février, 1879), était un graveur, caricaturiste, peintre et sculpteur français, dont les œuvres commentaient la vie sociale et politique en France au XIXe siècle. Dessinateur prolifique, auteur de plus de quatre mille lithographies, il est surtout connu pour ses caricatures d'hommes politiques et ses satires du comportement de ses compatriotes. La valeur de sa peinture a aussi été reconnue, bien qu’à titre posthume seulement. Wikipedia

 

 

Hororé Daumier - 1a - Le carnet de Jimidi 

 

 

 

La vie de Daumier (Marseille 1808 - Valmondois 1879) est une vie sans histoires : pas de péripéties romanesques, pas de voyages lointains. Mais il est au cœur de son époque qu’il a auscultée tout au long de sa carrière à l’aide de son crayon à lithographie. Il a vécu sous six régimes différents : l’Empire, la Restauration, la Monarchie de Juillet, la Seconde République, le Second Empire et la Troisième République et connu trois épisodes révolutionnaires (les trois Glorieuses, les journées insurrectionnelles de 1848, la Commune de Paris).

 

Daumier est le fils d’un vitrier (à la fois encadreur, réparateur de tableaux, dessinateur) marseillais qui  part pour Paris en 1814 en vue d’embrasser une carrière littéraire qu’il abandonne en 1823. Honoré est d’abord commis puis il suit des cours de dessin auprès du peintre Alexandre Lenoir, travaille chez un lithographe et éditeur. En 1829, il collabore à La Silhouette, premier hebdomadaire satirique illustré en France, créé par Charles Philippon. Il publie ses premières caricatures de Louis-Philippe sous le nom de Rogelin. Gargantua, lithographie en noir et blanc est publiée dans la Caricature, n° 61, du 29 décembre 1831 et exposée dans la vitrine du journal, avant que la justice ne vienne saisir tous les exemplaires et briser la pierre lithographique. Gargantua lui vaudra une condamnation à six mois de prison et à une amende de 500 F "pour excitation à la haine et au mépris du gouvernement". En 1832, les bustes-charges figurant les principaux représentants de la droite sont exposés dans la vitrine du journal Le Charivari de Philippon.

 

Daumier fait paraître ses charges politiques, notamment le Ventre législatif et Rue Transnonain dans l’Association lithographique mensuelle, supplément à la Caricature qui disparaîtra en 1835, suite à la loi contre la liberté de la presse. Daumier va alors s’en prendre aux mœurs de son temps et réaliser notamment la série des Cent et Un Robert Macaire.

 

En 1843, il publie quatre gravures dans l’édition Furne des œuvres de Balzac. Sa représentation du père Goriot sera reprise pour le frontispice de La Comédie humaine. En 1845, il compose la série les Gens de justice.
Sa carrière de peintre commence en 1848 : sa toile La République nourrissant ses enfants et les instruisant est retenue parmi les vingt finalistes d’un concours de peinture. Des commandes officielles s’ensuivent, il participe au Salon avec Le Meunier, son fils et l’âne.


En 1851, il crée la statue de Ratapoil, personnage préfigurant le coup d’Etat de Louis-Napoléon. En 1853, Daumier se lie d’amitié avec les peintres de Barbizon, Camille Corot, Jean-François Millet et Théodore Rousseau.


 

En 1860, renvoyé du Charivari, il se consacre à la peinture et à la sculpture, mais n’arrive pas à en vivre. Il réintègre Le Charivari le 18 décembre 1963, s’installe à Valmondois en 1865, s’inspire de Don Quichotte dans ses tableaux, sa vue commence à baisser à partir de 1867. Il connaît des difficultés financières, Corot achète sa maison et la lui prête à vie.


En 1871, il publie des lithographies particulièrement sombres sur la guerre de 1870 et s’oppose à la proposition de Courbet d’abattre la colonne Vendôme. Il publie ses dernières lithographies dans Le Charivari en 1872. En avril 1878, une rétrospective de ses œuvres est organisée par la galerie Durand-Ruel et présidée par Victor Hugo. Elle connaît un succès critique mais pas public. Complètement aveugle, Daumier n’y assiste pas. Il meurt l’année suivante. BNF

 

 

 

Hororé Daumier - 2 - Le carnet de Jimidi

 

Honore-Daumier-photographie-a-47-ans-par-Nadar.jpg

Published by Jimidi - dans Dessin - BD
commenter cet article

Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?