Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 16:40

 

Reprise d'un reportage photo du Nouvel Obs

 

 

Trou là là itou - photo 01
Le diamètre de ce trou béant découvert récemment dans la péninsule de Yamal, en Sibérie, est de 60 à 80 mètres, selon les sources. Des scientifiques russes attribuent sa mystérieuse apparition au réchauffement climatique. Des cratères incroyables comme lui, il y en a d'autres à la surface de la Terre. Exploration en images.  (AP/SIPA)
Trou là là itou - photo 02
Dans le très reculé parc national Jaua-Sarisariñama, au Venezuela, la forêt tropicale s'enfonce par endroits dans des puits gigantesques dont les spécialistes peinent à expliquer l'origine  (CATERS NEWS AGENCY/SIPA)
Trou là là itou - photo 03
Le Grand Trou Bleu, au large de la côte du Belize. Une piscine naturelle de 300 mètres de diamètre et 120 mètres de profondeur, qui s'est formé au fil des glaciations quaternaires, quand le niveau de la mer était beaucoup plus bas. (CATERS NEWS AGENCY/SIPA)
Trou là là itou - photo 04
Les intempéries peuvent provoquer la formation de trous. Ce cratère rempli d'eau boueuse est ainsi apparu au milieu des voies de l'autoroute Gran Mariscal de Ayacucho après des pluies torrentielles sur le Venezuela, fin novembre 2010. Un déluge qui avait fait 31 morts et 3 disparus.  (REUTERS/Miranda Government)
Trou là là itou - photo 05
Trente mètres de profondeur, 20 mètres de diamètre : cet énorme trou est apparu à Guatemala City lors du passage de la tempête tropicale Agatha, au printemps 2010. Il a englouti une maison de trois étages, vide au moment des faits. Les intempéries ont fait 170 morts dans le pays.  (AFP PHOTO/PRESIDENCIA DE GUATEMALA)
Trou là là itou - photo 06
L'impressionnante caldeira du mont Tambora, stratovolcan indonésien, vue depuis la Station spatiale internationale (ISS). Cette dépression circulaire de 6 kilomètres de diamètre s'est formée lors de l'éruption d'avril 1815, la plus meurtrière de l'histoire : la catastrophe tua 11.000 personnes directement, et fit des dizaines de milliers d'autres victimes du fait des répercussions climatiques.  (NASA-JSC)
Trou là là itou - photo 07
Près d'un kilomètre de diamètre, une cinquantaine de mètres de profondeur : voici le cratère météoritique de Cratère de Wolfe Creek, en Australie-Occidentale.  ((ARDEA/MARY EVANS/SIPA))
Trou là là itou - photo 08
Pingualuit signifie "bouton d'acné" en inuktitut, une langue inuit. Un terme bien trouvé pour ce cratère d'origine météoritique situé au Nunavik, dans le Grand Nord québécois.  (NASA avec l'autorisation de Denis Sarrazin)
Trou là là itou - photo 09
Nous sommes bien sur Terre, et pas sur une planète lointaine, comme le rappellent la route et les constructions au bord de cette dépression circulaire mesurant entre 1.200 et 1.400 mètres de diamètre, et profonde de près de 200 mètres. Meteor Crater se trouve en Arizona et se serait formé il y a environ 50.000 ans. En cause : une météorite. (AP/SIPA)
Trou là là itou - photo 10
Le réservoir Manicouagan est si gigantesque qu'on le distingue parfaitement depuis l'espace, comme le montre cette photo prise depuis l'ISS, le 25 août 2003. Ce cratère météoritique situé au Québec a été inondé par l'édification du barrage Daniel-Johnson sur la rivière Manicouagan.  (AFP PHOTO/NASA)
Trou là là itou - photo 11
Le massif de Konder, en Sibérie. Aussi incroyable que cela paraisse, il ne s'agit ni d'un cratère d'impact, ni d'un volcan. Cette intrusion parfaitement circulaire, de 8 kilomètres de diamètre, résulterait d'une remontée de roches. (NASA/REX/SIPA)
Trou là là itou - photo 12
L'homme peut également être à l'origine de cratères. Image satellitaire du gigantesque trou abandonné de la mine de diamants Mir, dans l'Extrême-Orient russe.  (DigitalGlobe/Google Earth)
Trou là là itou - photo 13
Une photo dont la seul vue donne froid : la mine de diamants Diavik, dans les Territoires du Nord-Ouest, au Canada, sur une photo datant de février 2008.  (REUTERS/Cameron French)
Trou là là itou - photo 14
Voici la Porte de l'Enfer, au centre du Turkménistan, dans le désert du Karakoum. Le résultat malheureux d'une tentative de forage en 1971. Supposé s'éteindre de lui-même en quelques semaines, le feu continue de s'y consumer, plus de 40 ans plus tard. Cliquez ici pour voir notre diaporama sur le sujet.  (AFP PHOTO/IGOR SASIN)
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 11:43

 

 

 

 

 

 coucher de lune - Janvier 2014

 

Ce qui suit ne constituera pas une révélation pour toi, lecteur assidu de cet ici-carnet : je passe pas mal de temps le regard perdu vers le ciel, pour constater, par exemple, que la lune, je n’y comprend rien.

 

Mais comme en plus de rêvasser, j’aime bien comprendre, je me suis mis en quête de tout ce qui traînait ça et là de nature à expliquer ce que je vois, pour constater à ma grande surprise qu’on nous ment.

 

On nous ment pour une raison « pédagogique » déjà mille fois constatée, au cours de notre scolarité par exemple, qui oppose la complexité à la compréhension. Je le dis autrement : on simplifie pour faire comprendre. Je ne suis pas forcément contre, mais pour ce qui est du système Terre-Lune, y’a un moment ou cette simplification EMPÊCHE la compréhension. Tiens, regarde, c’est extrait d’une série d’émissions (par ailleurs très bonne) titrée « Tous sur orbite »

 

 

Système Terre-Lune - photo 1

 

La première vue présente une partie du système solaire, avec ses quatre premières planètes, dont la Terre et autour d’elle, la Lune, dont l’orbite est figurée en blanc. C’est doublement faux. D’une part, en vrai, l’orbite de la Lune n’est pas dans le plan de l’écliptique - on verra après que ce « détail » a de l’importance - et d’autre part, en vrai, ce n’est pas un cercle, mais une ellipse.

 

Système Terre-Lune - photo 2

 

Avec cette simplification, expliquer la pleine lune comme le fait un peu plus loin cette même émission avec cette autre vue, deviens absurde. La lune ne peut pas à la fois être, hop ! cachée derrière la Terre ET, re hop ! pleinement éclairée par le Soleil. Là, il faudrait faire intervenir le fait que sur la platine vinyle sur laquelle tourne le 45 tours de la Terre, la Lune ne vient pas poser son 33 tours (ovale)  mais que son disque à elle fait un angle de 5° avec le précédent. Il est en biais. Du coup, oui,  tout s’éclaire enfin, si je puis dire.

 

 

Bref, si tu as les références d’une ou plusieurs vidéos qui ne me prendraient pas pour un demeuré et me permettraient de comprendre vraiment ce qui se passe là-haut, merci de m’en faire part. 

 

 

 


3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 13:09

 

Lettrine (A Johdpur ) Le carnet de Jimidi

 

 

h ben oui, forcément, j'aurais dû y penser : Mélanie (de Tours) connaît très bien l'endroit. Elle y a même tourné une vidéo, tellement belle, qu'elle a été reprise par un tour opérator local. Du coup, on a la réponse à la question de savoir comment on entre et comment on sort de cette plage cachée : mouillé. 

 

 

 

La-plage-cachee-des-iles-Marietas--Mexique.jpg

 

 

Lettrine (F sindapsus) Le carnet de Jimidi

 

orcément, quand tu tombes sur cette photo, merci mon amour, architecture naturelle ronde ou pas, tu te dis quelque chose comme « Whaou ! Trop cool ! Quand est-ce qu’on part ? » Mais j’ai un doute. C’est à dire que je ne doute pas que cette plage cachée des îles Marietas existe bien, au large de Puerto Vallarta, sur la côte ouest du Mexique, dans l’océan Pacifique, donc, mais à vouloir chercher d’autres photos de la même merveille, on tombe toujours sur celle-là... Personne d’autre n’y est allé, ou quoi ? Quand on entre, on ne peut plus sortir, c’est ça ?

 

Illustrations : Merci au joli site « Roud the Web », qui ne s’est pas contenté de reproduire bêtement la même photo, mais en propose deux ou trois autres. 

 

 


22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 15:08

 

 

Architecture-naturelle-ronde---Grand-prismatic-sping--1---P.jpg

 

Architecture-naturelle-ronde---Grand-prismatic-sping--2---P.jpg

 

 

 

5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 07:31

 

orage dans le Montana - Photo Sean R. Heavey - Le carnet de

 

Les orages tendent-ils naturellement à la forme ronde, ou celle-ci est-elle une création originale de cet orage particulièrement inspiré ? Je ne sais. Il ne devait pas faire très bon se tenir dessous. Pas trouvé de photo plus grande, désolé. 

Merci à ma brune de l'avoir dénichée. (Qu'allait-elle faire dans le Montana ?) 

31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 12:55

 

Le-lac-de-lave-du-volcan-Nyiragongo---Le-carnet-de-Jimidi.jpg

 

 

Après tout, si Dieu est un fumeur de havanes, on ne doit pas s’étonner de trouver ça et là ses allume-cigare. Tu dis ? Qu'est ce qu'il fait de ses mégots ? Demande lui.

 

 

 


28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 12:21

http://1.bp.blogspot.com/_foBnSyUHUUs/SH_m9om1lJI/AAAAAAAAAfQ/z2cb8y36z9E/s1600/20669960_9c641ab3d1_b.jpg

 

Le relief de ce volcan est très étonnant, avec cette limite circulaire entre on ne sait pas bien quoi, peut-être de la forêt, et le reste du paysage. Sur Google map (et donc, vu de dessus) c'est encore plus circulaire. Merci à Kiwi blog de nous l'avoir fait découvrir. 

 

(Plus tard...) Ah, mais ah ! Je crois comprendre : la limite est celle entre un parc national et des parcelles cultivées. Elle n'est donc pas si naturelle que ça (mais reste très circulaire et très spectaculaire.)

19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 09:34

 

Feu d'artifice - Photo Olivier - Le carnet de Jimidi

Diodon (poisson) - Le carnet de Jimidi

Hérisson - Photo Micheline MILLE - Le carnet de Jimidi

Chataigne - Photo Sophie Noeil - Le carnet de JimidiGrande bardane Arctium lappa - Le carnet de JimidiBardane - Le carnet de Jimidi

Coussin de belle mère - photo La mouette rieuse - Le carne

chardon bleu - Le carnet de Jimidi

 

 

Lettrine--L-Soulage-.jpge risque des associations d’idée, c’est bien sûr de s’y perdre, d'en lâcher les prémices pour constater, beaucoup trop tard, qu’on ne sait plus où l’on voulait en venir. Tiens, le diodon par exemple, ce poisson gonflé : son nom est une anagramme de celui de  Ph. Didion, notre notulographe. Tu conviendra avec moi que ça ne mène pas à grand’chose ! Autre impasse, celle de la généralisation excessive. Partant du cercle pour arriver à la boule piquante on pourrait dériver vers l'ensemble de ce que la nature produit de sphérique et se taper toute la salade de fruits : on serait pas couché !

 

Donc, je ne sais pas comment je suis passé des météorites aux oursins, mais on va terminer cette série par une sorte de bouquet final, très hérissée, avant d’explorer le rapprochement suggéré par Ysengrimus et se prendre le chou.

 

Illustrations

 

Feu d'artifice - Je profite de cette photo pour vous dire que finalement, comme nous ne sommes parti en Haute-Loire que le 14, on a pu assister au feu d’artifice, tiré ici le 13 juillet au soir en bord de Saône. J’aime beaucoup les feux d’artifice. D’ailleurs, on le sait, de manière générale, j’aime bien quand y’a des trucs dans le ciel.

 

Diodon - C'est vrai qu'hérissé comme ça, il n'a pas l'air très comestible !


Hérisson - Petit, j'avais toute une collection de peluches-hérisson : la famille "Pointu". Le hérisson a longtemps été mon animal totem. Tu dis ? Ça explique bien des choses ? Va mourir.

 

Chataigne - Perso, je l'aime assez sous forme de crême de marron.

 

Bardane - Il y a plusieurs sortes de bardane, cette plante velcro. Ici, c'est la grande.

 

Coussin de belle-mère - Ce qui tendrait à prouver que la réputation dont jouissent les belles-mères ne date pas d'hier...

 

Chardon bleu - ici en fleur. Une plante magnifique.


18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 06:27

 

 

Oursins - Le carnet de JimidiPissenlit en graine - Le carnet de JimidiSéraphinite - Russie - Le carnet de Jimidi

 

 

Ne reculant devant aucun rapprochement hasardeux, hop, je vous invite aujourd’hui à rencontrer un représentant des trois règnes, animal, végétal et minéral : oursin, pissenlit et séraphinite. J’aurais pu rajouter le hérisson, la bogue de châtaigne, le diodon et le coussin de belle-mère, mais ce sera pour une autre fois.


Là, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais restant dans le sphérique, on est passé dans le rayonnant hérissé. Ça change du concentrique. D’ailleurs, je me demande s’il ne nous faudrait pas un mathématicien plutôt qu’un philosophe pour nous dire deux mots de l’organisation sous-jacente aux rapprochement qu’on peut faire entre des trucs et des machins dont on « sent » bien qu’ils ont des points communs - ici, plutôt des pointes - mais lesquels ?  

17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 06:13

 

 

Malachite 2 - Le carnet de Jimidi

 

 

De l’agate d’hier à la malachite d’aujourd’hui, il n’y a qu’un pas... C’est un peu dérangeant, la malachite, non ? Certes, les dessins apparaissant quand on la scie sont splendides, au moins autant que cette allitération, mais ce vert... Peut-être le vert est-il difficile à porter, même pour une pierre, surtout si elle est lourde ? A moins que ce soit le côté « glougloutant » ? Va savoir !  

 

 

Malachite 1 - Le carnet de Jimidi 

Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?