Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Maison-a-vendre--raison-a-vendre-.jpg

 

 Lettrine (I - Laure) Le carnet de Jimidi

 

 

 

 

l y a quelques jours, j’ai regardé en fin de soirée sur M6 l’émission « Ma maison à tout prix ». Un concept de télé-réalité un peu flou, la seule chose paraissant rassembler les personnages dont on suit les aventures, étant leur choix d’habiter « différent » : un trop jeune couple installé dans une cabane, un père de famille effectuant lui-même les travaux de réhabilitation de sa maison, une retraitée récente s’installant en co-location avec d’autres seniors, une mère de famille venant de racheter son deuxième château en ruine.

 

Mais le premier problème pour moi a été de tenir la distance puisque cette émission passait après deux ou trois épisodes de « Cherche maison ou appartement », que je ne raterais sous aucun prétexte. Pour cette émission de début de soirée au moins, l'intention est claire puisqu’elle vise à relancer à la hausse le marché de l’immobilier :  Des gens qu’on suppose issus de la vraie vie cherchent en vain à déménager. Ils ont tout essayé ; rien à faire. Mais hop, grâce à l’intervention des agents immobiliers vedette de M6, ils vont visiter des ruines insalubres, moches, mal fichues et dont la déco est à gerber. Mais heureusement, tadaaaam ! cinq minutes avant la fin, on leur déniche l’appartement ou la maison correspondant exactement à ce qu’ils cherchaient, mais 20 000 euros plus cher que leur budget initial, quelque soit ce budget.

 

Mais comme ce soir là, on avait mangé encore plus tard que d’habitude (je ne sais plus pourquoi, mais de toute façon c'est pas tes oignons), on avait lancé "TV-pause" pour regarder ces conneries, tranquille, après souper en zappant les publicités : c’est le grand intérêt d’un visionnage en léger différé. On a donc attaqué « Une maison à tout prix » vers minuit. Mais toi, pauvre lecteur dont la meilleure moitié est une femme, toi, maintenant embarqué-e dans la lecture de cette note sans aucune issue de secours, toi qui n’a pas intérêt à lire en diagonale sinon je crie, tu vas bien être OBLIGÉ-E  de te farcir mon spot auto promotionnel que voilà : Parler sur ce carnet de sujets assez minces pour qu'on puisse apercevoir au travers leur vertigineux manque de fond ne me dérange absolument pas. Mais cette note-ci, sous des dehors de chronique télévisuelle verbeuse, voudrait se demander ce qui se passe quand un bug intervient dans le conte de fée permanent ? 

 

Il semble maintenant entendu que la télé doive nous distraire. De quoi, de qui ? on ne sait plus. Mais on se trouverait bien naïf en se rappelant qu’au départ, le robinet à image prétendait nous informer, nous cultiver, nous éduquer... Parfois, on nous distrait en nous cultivant, de loin en loin on nous distrait en nous informant, mais la plupart du temps, on nous distrait juste pour nous distraire. Même quand elle semble renoncer à son rôle d'anxiolytique auto-prescrit, par exemple pour les infos, les reportages, les débats les enquêtes, la télé nous fourgue sa dose de dramaturgie. Pour être spectaculaire et digne d’intérêt, chaque image doit s'inscrire dans l’un ou l’autre des bons vieux schémas scénaristiques connus. On a tellement pris l’habitude que tout soit scénarisé, qu'on ne voit même plus les bonnes grosses vieilles ficelles de bateleur mobilisées pour nous attraper.

 

Pour « Cherche maison ou appartement », en début de soirée, ce schéma est bien sûr celui de la quête du graal, soutenu par un relatif suspens : Damien arrivera-t-il à trouver un deux pièces qui lui plaise mais qui convienne également à ses parents puisque c’est eux qui financent ? David et Jonathan le sympathique couple au crâne rasé auquel l'animateur fait la bise, arrivera-t-il à quitter son appartement beaucoup trop petit pour un autre pas tout à fait assez grand ? La Famille F trouvera-t-elle vers Marseille un toit pour ne pas se disloquer à la suite de la mutation de Monsieur dans le grand Sud ?  Autant de petits contes brodant chacun sa variation sur le thème très universel de la quête. J'aime bien. Avoir un chez soi pour abriter les siens reste assez primaire comme besoin, mais justement, ça parle assez bien au primate logeant en moi, dont les vagues prétentions intellectuelles se satisfont également des petites histoires ornant le motif principal.

 

 

Mais pour "Ma maison à tout prix", quelque chose a dérapé. Comme si, engagée par sa nécessité intérieure même sur une piste qui l'éloignait de la grande autoroute consensuelle, l'émission avait pris peur et choisi la fuite en avant. On aurait pu, pour chacune des quatre familles données en spectacle, s'en tenir au reportage. Après tout, vivre dans une cabane, un chantier perpétuel, une horde de vieux ou un château en ruine, est au départ assez original pour susciter et entretenir une certaine curiosité. Mais non. On est sur M6, on est a la télé : il faut raconter des histoires. Là où l'émission est devenue vertigineuse, c'est en donnant l'impression qu'en se fourvoyant, et les personnages avec elle, la seule issue des quatre histoires reposait sur la capacité des protagonistes eux-mêmes de s'en éjecter pour en écrire une autre. Heureusement que le format était limité, on aurait risqué sinon de virer Projet Blair Witch ou Six personnages en quête d'auteur. Tenez, le jeune couple en cabane par exemple. Je vous plante le décor : tous deux néo baba écolo tendance radicale, la tête pleine de robinsonnades mais ne sachant pas tenir une scie. L'histoire commence plutôt bien. Il fait beau, on est au coeur d'un paysage français de moyenne montagne, le couple et son bébé passent l'été à l'ombre de trois planches et deux rondins, l'eau de la source arrive sur un évier extérieur et deux panneaux photovoltaïques alimentent l'ordi. Chérie ? Et si on passait le reste de notre interminable vie en vacances ici ? Chiche ! Dès lors s'engage une sorte de compétition entre le couple et l'hiver, la question étant de savoir qui arrivera le premier, l'un avec le raccordement de la flotte à l'intérieur et l'étanchéité du toit ou l'autre avec sa première neige. Le drame est planté. In extremis le jeune homme arrive à bricoler son toit sans s'amputer la main ni passer à travers et même à tirer un tuyau d'arrosage entre une citerne extérieur et son évier. Puis on passe en mode Koh lanta et c'est stage survie tous les jours. On voudrait nous faire croire que ni les intéressés ni leur entourage n'étaient au courant que l'eau gèle à zéro degré. Donc le tuyau, donc la citerne. À ce moment de l'histoire, cette glace n'est pas la conséquence d'une réalité physique assez communément admise - même si les forums d'Internet n'en parlent pas assez - elle nous est présentée comme un coup du sort. Qu'à cela ne tienne. Délaissant pour quelques kilomètres ses principes, madame prend la voiture pour aller à la ville remplir un jerrican de flotte à une fontaine. On s'achemine tranquillement vers la tragédie. L'électricité tombe malade, le bébé est en panne, il fait à peine quinze autour du poêle. Nous ne sommes pas les seuls à nous demander comment tout ça va finir puisque dans un brusque (mais bref) accès de réalité, alors que Lui a pris la voiture Elle se dit "Tiens, là, si j'avais une urgence pour le bébé, je ne sais pas du tout comment je ferais..." Stop. Stop parce qu'autant d'irresponsabilité, même aux couleurs de la jeunesse et de l'écologie militante, on a du mal à y croire. Stop aussi parce que les fins possible vers lesquelles nous entraîne l'histoire telle qu'on nous la raconte ne rentrent plus dans le concept : ils finissent par se dévorer entre eux, ils mettent le feu à la cabane pour avoir chaud une dernière fois avant de se jeter dans les flammes, leurs parents viennent en quatre-quatre leur flanquer une fessée et rapatrier le bébé chez super Nanny... Mais stop. Heureusement, parce que c'est la fin de l'émission.

 

Mais alors, mais alors, vous demanderez vous, comment ça se termine ? Epilogue - je n'invente rien, où serait alors l'intérêt de la démo ? - On nous dit que le couple et son bébé se sont tirés deux mois en Afrique. Perso, dans la vraie vie, j'aime assez que vous et moi exercions notre droit de fuite. Hein ? Oui, surtout moi. Mais dans la fiction, ou à la télé (on aura compris que pour moi c'est la même chose ) quand les personnages s'échappent de l'histoire ou sortent de leur rôle, on obtient des effets intéressants, pas forcément maîtrisés, surtout sur M6, mais intéressants.

 

Les trois autres histoire suivent la même trame narrative. On part d'une situation originale, on enchaîne sur la folie douce, on verse dans la folie furieuse, puis on est sauvé par le gong du fait-divers tragique. Je vous narre la deux vite fait, la trois est pénible et la quatre grotesque.

 

La deuxième histoire tourne autour de la passion maniaque d'un quadra bien sous tous rapports, quoiqu'enseignant. On connaît les prédispositions de ce corps d'élite pour les pathologies mentales lourdes. La famille, composée d'un couple semble-t-il légitime et de ses trois filles, s'est portée acquéreur à bon prix d'un bien nécessitant d’importants travaux de réfection intérieure. Un coup de masse en entraînant un autre, les voilà engagés dans des travaux à n'en plus finir auxquels monsieur sacrifie bientôt toutes ses soirées, ses nuits et ses vacances. Jusque là, on connaît la chanson. C'est celle des héros imbéciles trouvant leur accomplissement dans la satisfaction d'avoir tout fait soi-même, généralement de travers. J'en connais par coeur le refrain "Contrairement à mes cloisons, je ne me suis pas laissé abattre..." Mais là, folie douce, il semble que Monsieur se soit pris d'une véritable frénésie pour la finition du second oeuvre. Par un procédé d'inversion assez courant en littérature, il est habité par sa maison. On passe à la folie furieuse quand après PLUSIEURS ANNÉES de travaux, l'emménagement prévue en été est repoussé à la Toussaint, puis à Noël, puis à l'été d'après (peut-être) femme et enfants consacrant à leur tour toutes leurs vacances à poncer, enduire, carreler, sous les ordres d'un chef de famille devenu chef de chantier, donc tyrannique. Là, on attend qu'elles le démembrent à la disqueuse, ou qu'elles le  coulent dans la chape de béton du garage... Mais stop. Le principal intéressé sort de l'histoire sur une scène surréaliste. Il a invité ses voisins, ses amis, sa famille pour une sorte de cérémonie au cours de laquelle il offre à chacun une petite composition florale et quelques mots affectueux. Qu'est ce que ça vient foutre là ? Rien. Rien qui serve l'histoire. C'est probablement la seule chose qu'ait trouvé notre personnage principal pour sortir de son rôle de Terminator fait main ayant une perceuse à la place du coeur.

 

Conclusion ? Bah, je ne sais pas trop. Constater encore une fois que ce n'est plus le peuple qui a le pouvoir mais le bon public ? Dénoncer encore une fois l'abus de faiblesse consistant à nous entretenir dans la douce illusion que la réalité n'est qu'une fiction parmi d'autres ? C'est en tout cas après avoir vu "Une maison a tout prix" que je me suis posé la question de savoir si le sentiment bizarre d'assister à un film le 11 septembre 2001 n'était pas plus proche de la réalité que l'histoire officielle voulait bien nous le dire.

 

C'est vous dire s'il était tard.

 

Jimidi 15 mai 2010  

 

 

 

Published by

Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?