Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

 

Mad Meg Blog

 

mad meg blog 1

 

mad meg blog 2C’est un blog pas très vieux – février 2008 – pas très bavard (le dernier billet date d’une douzaine de jours) mais dans lequel je n’ai RIEN trouvé à jeter. Comme souvent, je suis tombé sur Varias & curiosa, le « Mad Meg Blog » par hasard, guidé par la devise de Picasso « Je ne cherche pas, je trouve. » ou peut-être égaré par une recherche d’objets introuvables, abondants sur ce blog, parmi lesquels vous trouverez ce fauteuil que ne renierait certainement pas Michel Haillard !

 

mad meg blog 3

 

Puis j’ai dérivé un long et bon moment, pensant me trouver dans un « Netkulture » dont les choix seraient un chouia plus affirmés que sur l’original. Enfin je suis tombé (et mes bras avec) sur ça :

 

 

mad meg blog 4

 

 

et sur plein d’autres dessins dont les rubriques « Nos ennemis les bêtes »  et « Bistro » regorgent. De clic en clic, les choses se sont précisées. Varias & curiosa est bien le blog d’une artiste, de très grande qualité qui plus est ! Tout m’a intéressé. Comment sont fabriquées les billes de verre de collection, et la passionnante rubrique « Tableaux de digestion ».  N’allez là-bas qu’avec une bonne heure tranquille devant vous, l’endroit vaut vraiment le coup de ne pas se presser. Je colle immédiatement le lien dans ma liste de favoris.

 

Jimidi 11 octobre 2009

 

 

 

 

Où il sera un peu question du Mad Meg Blog, mais pas que

 

mad meg blog b 1

 

mad meg blog b 2

 

 

 

ourquoi le cacher ? Je désespérais un peu de « Varia & curiosa » le Mad Meg Blog, présenté ici le 11 octobre. Ce jour là, le dernier article datait d’une dizaine de jours et les jours suivants n’apportaient rien de nouveau. Mais il semble que la rédactrice suive un rythme éditorial assez particulier, consistant à attendre les derniers jours du mois pour poster une avalanche de notes stockées on ne sait où durant les trente jours précédents. Du coup, depuis ma dernière visite, il n’y a pas une mais DOUZE nouvelles notes sur ce toujours très intéressant blog. J’ai particulièrement aimé « Матрёшка » (Matriochka ?) où ce trouve confirmée cette volonté d’exhaustivité maximale, comme également dans la note « Albinisme » (C’est bien la première fois que je vois un hérisson blanc). Puis vous finirez peut-être par vous émerveiller comme moi de la créativité de l’écriture musicale, comme en témoigne la note « La forme et le son ». Donc, c’est promis, je ne désespérerais plus du Mad Meg Blog, juste je rongerai mon frein jusqu’au mois prochain.

 

C’est marrant le rythme de publication des uns et des autres. C’est très perso. Il faudrait suggérer à Ysengrimus une typologie des carnets électroniques basée exclusivement là-dessus. On trouverait les constipées – désolé Meg, je ne trouve pas d’autre terme – qui retiennent longtemps et lâchent tout en un minimum de temps. On trouverait des spasmodiques, beaucoup un jour, une semaine, rien après. On trouverait les velléitaires qui se souviennent de très loin en très loin qu’elles ont ouvert un blog mais passent l’essentiel de leur vie internautique sur Facebook ou Twiter. Il y a les naufragé(e)s dont on a le sentiment que seul leur blog les maintient à la surface mais qui peuvent couler pendant des temps plus ou moins longs, que seul rythment leurs états d’âme. Il y a les petits soldats qui (là comme ailleurs ?) se fixent une astreinte, un rythme de publication, quotidien, ou par exemple bihebdomadaire comme l’annonce Ysengrimus et parmi ceux-là, il y a ceux qui s’y tiennent, ceux qui voudraient s’y tenir, ceux qui culpabilisent de ne pouvoir s’y tenir et finalement ceux qui se souviennent opportunément qu’après tout, ils font ce qu’ils veulent, merde ! Puis il y a enfin ceux dont la publication n’est ni particulièrement pléthorique, ni rare, mais ni spécialement régulière non plus et dont on a le sentiment qu’elle compose à égalité avec d’autres centres d’intérêt. Ces éditorialistes là ont bizarrement une vie en dehors des blogs, qui semble leur apporter d’incompréhensibles satisfactions. Ceux qui se sentent tenus par certains devoirs (amicaux) envers leur lectorat, préviennent en cas d’interruption inopinée matrice * ou prévue : « Je reviendrais après ma scarlatine/mes vacances/mon décès… ». On a même vu, mais je ne sais plus où, c’est vous dire si c’est loin, un blogueur annoncer la date de sa prochaine note. Mais la plupart du temps, constatons le, les rédacteurs de blogs exercent leur art dans ce splendide isolement dont ils voudraient pourtant que leurs lecteurs les sortent mais ne se sentent aucun devoir d’aucune façon, ni envers eux, ni envers rien.

 

Perso, lâche et veule comme vous me connaissez, j’évite les problèmes en publiant au moins une note tous les jours et plus si affinité. Mais pourquoi se cacher la triste réalité : publier, j’aime ça et si je pouvais, je ne ferais que ça de mes journées. Je ne crois quand même jamais être allé au-delà de sept notes par jour.

 

Tiens ? Ça fait combien aujourd’hui ?

Jimidi 3 novembre 2009

 

 

* Oui, y'a un jeu de mot...

 

Published by

Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?