Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

 

Clemence-Joly---La-boucherie-de-laine---Toute-la-viande.jpg

 

 

Lettrine--V-viande-.jpg 

 

 

 

ous me direz, après avoir vu Cal Lane transformer brouettes et bidons de tôle en dentelle, on ne va pas s’étonner que Clémence Joly tricote des côtelettes et des saucissons. Eh bien si, on s’étonne et on s’étonne même agréablement. Ceci dit, à part le côté « ouvrage de dame » et le fait que les deux nous aient été présentées sur Netkulture peut-être n’ont-elles aucun autre point commun ? Si, un autre : ce qu’elles font est drôle. Pas seulement drôle, mais au premier abord : drôle. Ah ! Puis se sont des femmes aussi.

 

Comme vous le constaterez en visitant le site de Clémence Joly, elle n’en est pas à son tricot d’essai. Il semble même que cet étal de boucherie lui ait été commandé par une mercerie de Londres. Elle avait déjà eu l’occasion de tricoter des trucs qui se mangent pour la vitrine d’une nouvelle boutique New Look à Lyon. Vous trouverez également sur son site quelques lignes d’intention, excessivement scolaires, auxquelles on pardonnera les énormes fautes d’orthographe et de syntaxe, dont j’ai essayé de débarrasser la version ci-dessous. Mais d’ailleurs, hop, comme ça se sera fait, que ce soit dit une bonne fois pour toutes : à Clémence Joly, on pardonnera tout, inconditionnellement.

 

 

Nous sommes entourés de produits de consommation d'origine animale. Que ce soit pour nos assiettes, nos garde-robes, médicaments ou meubles, les animaux sont une source incroyable pour nos besoins.
Etant donné mon intérêt pour l'esthétique de la mode et l'industrie de la viande, j'ai exploré les deux domaines et le paradoxe d'un morceau de tissu étant égal en importance à un morceau de viande. Alors que l'un est associé au glamour, l'autre est associé au sang et aux tripes.
Les deux représentent notre consommation quotidienne car nous avons besoin de l'industrie de la viande pour nous nourrir et de l'industrie de la mode pour nous vêtir. J'ai joué avec les outils et techniques de ces deux univers pour créer des hybrides amusant et artisanaux qui allient aussi bien l'esthétique d'un comptoir de boucherie qu'un podium de défilé de mode.

C. J.

 

Au secours ! Heureusement que le talent et la sensibilité de cette (sans doute très jeune) artiste se manifestent beaucoup plus clairement dans ce qu’elle réalise que dans ce qu’elle écrit. Ce qui me touche infiniment dans cette boucherie de laine, c’est qu’il semble bien – aussi incroyable que cette hypothèse (gratuite) puisse paraître – que ce qui rapproche la viande et le tricot échappe très largement à l’artiste elle-même. Il y a quelque chose, là. Elle semble ne pas savoir quoi, juste que les deux domaines l’intéressent. Alors elle les rapproche et il se passe quelque chose. Du moins dans les objets tricotés. À mon avis beaucoup moins dans sa robe en papier de boucher. Ce moment de la recherche est très intéressant. On peut passer une vie d’artiste à tourner autour du pot central personnel, qu’on devine, dont on pourrait dire précisément à quelle distance en est encore chaque œuvre, celle là plus près, celle là trop loin. On peut se perdre en route, sombrer dans la technique, ou dans le rabâchage. On peut désespérer d’y arriver, ou même craindre d’y parvenir. Ne se perdrait-on pas encore plus sûrement en trouvant enfin l’objet de notre quête ? Que resterait-il alors de nous si nous n’avions plus rien à chercher ?

 

Clémence Joly n’en est pas là. Elle en est même heureusement très loin. Elle tricote (au crochet) des rôtis, des tranches de jambon, des saucissons et des côtelettes parce qu’il y a quelque chose, là. Elle y va.

 

Mais moi qui ne tricote pas – ou plus exactement, plus – moi que les étals de boucherie font à la fois frémir et saliver, moi qui essaye de faire marcher ma tête, mon cœur et mes mots ensemble, je peux essayer de dire, sans aller chercher très loin d’ailleurs, simplement : L’habit, c’est ce qui enveloppe notre carcasse. C’est une réflexion sur l’épiderme à laquelle me conduit ce travail. Ce qui se passe dans la boucherie de laine se passe entre la viande crue et le tricot qui emmaillote, entre ce qui est mis à nu et douillettement emmitouflé. On se souviendra au passage d’où vient exactement la laine. Tricoter de la viande rapproche alors de façon saisissante le dedans du dehors, le profond du superficiel, le trivial du sophistiqué, mais sans annuler ces oppositions, juste en les tricotant ensemble.

 

Perso, c’est bien parce que ça me parle de ça que je marche, sinon, ce serait juste un gag de plus ou un énième exemple de ces artistes se damnant en professant qu’on peut tout faire avec des capsules de bière, ou du fil de fer, ou n’importe quelle technique avec laquelle ils aligneront des réalisations, parfois spectaculaires, mais n’ayant rien à dire, juste chargées de nous assommer de savoir faire.

 

Clémence Joly trouvera-t-elle ce qu’elle a à nous dire ? On verra. Si les petits cochons ne la mangent pas.

 

Jimidi

 

 

 

 

 

 

 

Published by

Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?