Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

 

Kyle Bean 1

 

 

 

 

Kyle Bean -lettrineffiuuu ! Je ne sais plus par où commencer, avec Kyle Bean. J’ai trois difficultés. La première est plutôt une bonne nouvelle puisque ce designer/directeur artistique fait preuve d’un éclectisme tel, que l’ensemble des réalisations qu’il présente défie la synthèse. Ma deuxième difficulté, c’est qu’hier, c’était le pot d’adieu de ma chef et qu’en gros, on a picolé de 11h30 à 17h30. J’ai donc le cerveau aussi nuageux que le ciel dehors. Ma troisième difficulté est que je voulais profiter de Kyle Bean pour égratigner gentiment Netkulture – qui nous le présente – et dire combien LUI était intéressant par rapport aux deux précédentes notes, l’abc yoyo et Hubert Blanz. Tout ça revenant à parler de trois ou quatre trucs en même temps.

 

Kyle Bean 2

 

Donc je laisse tomber l’alphabet yoyo même pas beau et Hubert Blanz, sur le flingage duquel je garde quand même une option, puis je me réconcilie avec Netkulture et la Terre entière et on y va.

 

Kyle Bean 3

 

Faut quand même bien que je me mette dans la tête que Netkulture est un blog généraliste qui n’a pas vocation de trier dans ce qu’il nous présente – ce travail étant plutôt celui du lecteur. Il faut également bien que je me dise que les trucs (et les gens ?) que j’aime, il faut les prendre comme ils sont plutôt que tel que je les voudrais. Merci docteur, à la prochaine fois. Donc, Tonton, ne change rien. Quand bien même il n’y aurait qu’un Kyle Bean, ou qu’un Erik Johansson ou qu’un Bruno Walpoth par mois/trimestre/année sur ton blog, ça justifierait largement son existence et la tienne.

 

Kyle Bean donc. Son site est tout à fait accueillant. Les nouveaux travaux sont en haut, certains, plus anciens, sont accessibles par « Show more images » en bas de la première page. Prévoyez une bonne heure de bonheur à vous balader là dedans. Comme je le laissais entrevoir en intro, on a du mal à repérer le fil rouge qui relierait toutes ces réalisations et peut-être n’y en a-t-il pas. On repère quand même un certain attachement au papier, du livre à l’emballage et une démarche qui emprunte, là ironiquement, ailleurs avec naïveté, certaines apparences de la démarche scientifique, mais dont les résultats sont empreints d’une poésie tout à fait réjouissante. C’est alors cette collection entomologique de calandres joliment titrée « Car faces » ou ces dissections de téléphone et de jouet.

 

Ailleurs, on entre avec Kyle Bean dans le petit monde des objets. Mais voilà très heureusement sollicitée cette faculté que nous n’avons pas tous perdue, de faire comme si, pour de vrai, de continuer avec lui ce que nous faisions quand nous jouions avec une dînette, une poupée, un modèle réduit, bref, un objet que nous connaissions, mais en papier, en petit. J’aime beaucoup sa façon de sauver les apparences en changeant le matériaux. Somme toute, qu’est-ce qu’une démarche artistique si ce n’est faire du vrai avec du faux ? Trouver de la vérité avec de l’artifice ? La vérité des propositions de Kyle Bean, leur force de conviction, est parfois stupéfiante, comme ce poivron à la place du cœur, très souvent convaincante, comme ces objets technologiques réalisé en matériaux « pauvres » ou ce raccourci entre livre et ordinateur que nous avions tous dans un coin de notre tête, mais qu’il montre une bonne fois. 

 

Kyle Bean 4

 

Kyle Bean 5

 

Je serai incapable, heureusement, de dire, d’expliquer en quoi par exemple ce poivron à la place du cœur, ou ce brocoli à la place du cerveau m’apparaissent incroyablement justes, mais c’est le signe d’une image poétique réussie : son évidence touche, mais personne ne sait ni pourquoi ni comment et le poète parfois moins que quiconque.

 

Vous apprécierez également cette vidéo des vêtements rejoignant leur « lavomatic » et peut-être resterez vous stupéfaits, comme moi, de l’extraordinaire diversité que Kyle Bean a donné à leurs différentes façons de se déplacer. Maintenant, c’est sûr, je ne regarderai plus mes chaussettes de la même façon…

 

Jimidi 27 juin 2009 

 

 

Kyle Bean 6

 

Kyle Bean 7

Published by

Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?