Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

 

 Bob-Morane---Les-tours-de-cristal.jpg

 

 

 

Lettrine---P---Bob-Morane---Les-tours-de-cristal.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ar un concours de circonstance assez extraordinaire, de ceux qui nous font conclure que décidément « le monde est petit », il se trouve que D. une collègue fraîchement débarquée de la réunion est mariée à un savoyard, propriétaire d'une résidence secondaire dans le village où réside encore une bonne partie de sa famille, cette maison se trouvant mitoyenne de celle de la veuve du parrain de mon frère.

 

Je sais,  présenté de la sorte, ça fait un  peu « Je connais la femme de chambre du dentiste d'un roadies de Daniel Guichard», mais il se trouve que dans cette maison de chartreuse, celle de la veuve de, etc. j'y suis allé plusieurs fois étant petit. Tu dis ? Jusque là on s'en fout complètement, au moins autant que de toutes les baraques dans lesquelles des gens plus ou moins connus ont passé une nuit ? Certes, mais attends : Dans cette maison, comme dans beaucoup de celles où l'on ne passe qu'une partie de l'année, se trouvaient entreposé un tas de livres, entassant ceux qu'on ne juge plus assez intéressant pour les laisser à demeure dans notre résidence principal, quand on a la chance d'avoir plusieurs domiciles, où que celle-ci se trouve un peu envahie (les livres se reproduisent entre eux, c'est bien connu) ou que les enfants on grandi, ou juste qu'on en a marre de les voir.

 

Et dans ce tas de vieux livres, à l’époque, oh merveille ! toute une série de « Bob Morane », les premiers, ceux avec la couverture jaune. J'ai alors plongé dans Bob Morane comme seules les fringales peuvent nous faire plonger, toi dans la crème glacée, moi dans la lecture, avec cette même impossibilité d'en sortir avant d'avoir tout fini. Je ne peux pas jurer les avoir finalement tous lus : y'en a quand même une bonne cent-trentaine, mais le début de cette longue orgie a bien commencé en Chartreuse, dans cette maison mitoyenne de celle de ma collègue. Du coup, quand elle nous a invité à venir passer quelques  jours là-haut pendant les vacances de février, et cherchant ce qu'on pouvait bien lui apporter, j'ai pensé à des livres, choisis parmi ceux qui m'envahisse, ou que j'avais marre de voir, ou ceux devenus moins utile depuis que les enfants ont grandi et moi avec. Et justement, il s’est trouvé qu'après une crise de nostalgie m'ayant fait courir les bouquinistes, j'avais racheté l'année dernière à prix d'or une petite dizaine de Bob Morane ; l'édition à couverture blanche. J'ai donc joint ces Bob Morane là aux autres livres condamnés à l’exil, mis tout ça dans mon sac de voyage et laissé les bannis en Chartreuse.

 

J'aime bien cette idée qu'après une bonne quarantaine d'année, de part et d'autre d'un mur mitoyen de Chartreuse, se trouvent réunis les premiers Bob Morane que j'ai lu et les derniers que j'ai achetés. Le monde n’est pas si petit que ça. Ce qui surprend, peut-être, c’est qu’il soit clos.

Jimidi 16 mars 2010

 

Published by

Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?