Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

abri en forme d'oeuf - Le carnet de Jimidi

 

 

Lettrine (O foetus)ui, j’ai eu ma période troglodyte. Brève, mais intense. Elle m’a valu de creuser une cabane souterraine - je vous ai raconté ça je ne sais plus où - mais également d’aménager dans une grosse caisse d’emballage un abri ayant d’étranges similitudes avec celui en forme d’oeuf, proposé à notre admiration béate et incrédule par Netkulture le 2 décembre dernier. Perso, j’avais également mis dans ma caisse de quoi dormir et, autant que je me souvienne, une réserve de flotte, distribuée par ce que mon souvenir identifie maintenant comme un dispositif domestique destiné à prodiguer des lavements. Oui, ben hein : on recycle ou pas ! Mais notre oeuf frais du jour a l’immense avantage par rapport à ma caisse d’être rond et qu’on puisse y tenir debout.

 

Cet abri pour étudiant mal logé prend place dans la litanie des habitats individuels alvéolaires et régressifs dont Tonton et moi sommes friands, dans laquelle on trouvera le tonneau de Diogène, des abris pour SDF, des cabanes à suspendre dans les arbres, le Roll-it et sans doute plein d’autres trucs, pas très éloignés des cercueils finalement, peut-être pour nous rappeler qu’enfermés on commence, enfermés on fini. On pourra également trouver une parenté entre cet oeuf et les « tanns » imaginés par Bourgeon et Lacroix pour le « Cycle de Cyann » : La sOurce et la sOnde, Six saison sur ilO et albums suivants, tous excellents !

 

 

Tann 2 - Bourgeon Lacroix - Le carnet de Jimidi

 

 

TANN (Extrait de « La clé des confins » Bourgon/Lacroix)

 

On dit que c'est la longue traversée des voyageurs interstellaires des Origines qui a laissé son empreinte dans le mode de vie de leurs descendants. Sur la Grande Arche, les passagers dormaient, dit-on, dans des sacs (hamacs) accrochés en tous sens un peu partout dans le vaisseau, qui étaient leur place, leur refuge, leur territoire, leur intimité, leur individualité au sein de l'immense nef. En Olh, c'est une espèce de cabine de petite dimension, faite de matériaux légers. Le TANN prend toutes sortes de formes, de la caisse à la coquille, de la cabane au cocon, de la balancelle à la cage, c'est l'habitat minimal du citoyen d'Olh. Tout habitant d'Olh a son TANN et un grand nombre d'entre eux en ont plusieurs, au gré de leurs moyens, de leur mode de vie et de leur fantaisie. Les autorités de la cité entretiennent d'autre part un grand nombre de TANN publics dans tous les quartiers de la ville, afin que leurs agents trouvent toujours un lit là où ils ont à faire, mais aussi pour que jamais un citoyen ne se trouve sans abri.

 

En ville, la plupart des constructions sont de vastes bâtiments dont les salles, les couloirs, les déambulatoires sont publics et encombrés de TANN accrochés à la convenance de leurs habitants. Il n'est pas rare d'en trouver jusque dans les salles de réunion les plus studieuses. L'habitat semble être géré naturellement, par cooptation, par le jeu subtil de l'invitation et de l'itération. Ce n'est jamais un drame de déménager. Les TANN sont très mobiles et facilement réinstallés. C'est d'ailleurs le cas au gré des saisons. On sort facilement le TANN en cas de chaleur nocturne pour l'accrocher au bord d'un bassin, au-dessus d'un jardin, en lisière du fleuve.

 

Tann 1 - Bourgeon Lacroix - Le carnet de Jimidi

 

Même les puissants vivent en TANN. Bien que la Tour des Olsimar leur offre de vastes pièces en nombre suffisant, ils préfèrent accrocher leur TANN tous ensemble dans la pièce commune où brûle le foyer familial. Même les agriculteurs des grandes fermes au bord du fleuve accrochent leurs TANN dans la grande salle commune ou sur le balcon de la bâtisse de bois. Même les danO, qui sont l'habitat d'une famille-tribu, ne sont que des promenoirs autour d'un bassin, aux poutres desquels on accroche un TANN plus richement décoré que dans les médiO. A défaut d'autre richesse, les plus beaux TANN accrochés à l'extérieur du danO attestent de la grandeur du clan et sont toute sa gloire. En bas du fleuve, les maisons de bois des pêcheurs sont abritées du vent du large par des coquilles de boue séchée et vernie, et contiennent de même des TANN en roseau. Même dans les MAUVAISES TERRES, la plupart des travailleurs logent dans des bâtiments standard où sont installés des TANN de chantier.

 

« Si tous restent soucieux de leurs privilèges ou avides de promotion sociale, chacun, du saulnier du plus bas du fleuve au deO du sommet de la sOurce, ne veut dormir que dans son TANN, qu'il accroche suivant son humeur à l'intérieur ou en plein air comme l'ont fait bien avant lui les pionniers de la NUIT DE L'ARCHE. » (Extrait de Mondes indépendants, volume 9 : Olh, une oasis bleue, chapitre 2 : "Une souhisse pour tous".)

 

Tann 3 - Bourgeon Lacroix - Le carnet de Jimidi

Published by

Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?