Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Imre MAKOVECZ - Architecte - Le carnet de Jimidi 2

 

Imre MAKOVECZ est un architecte hongrois né en 1935 - autant dire que sa carrière est plutôt derrière lui - réussissant dans son travail une synthèse très talentueuse entre (au moins) trois sources d’inspirations bien intéressantes.

 

La tradition - Le travail d’Imre Makovecz vient nous rappeler que les toits à bulbe, à l’Est, on connaît de longue date, notamment sur les églises. D’ailleurs, des églises, Imre Makovecz en dessine, ainsi que d’autres bâtiments dont on peu avancer sans grand risque, même si mon hongrois est un peu hésitant en ce moment, qu’ils sont consacrés à des pratiques culturelles : musées, auditoriums... Mais il couvre également de bulbes des maison individuelles et des immeubles colllectifs. 

 

Le design « organique » - étiquette fourre tout s’il en est ! On retrouvera effectivement dans certains bâtiment dessinés par Imre Makovecz une inspiration très végétale, allant du fruit à l’arbre. D’ailleurs, des arbres, il s’en sert à l’occasion, à peine écorcés, comme poteaux pour soutenir ses charpentes.

 

L’air du temps - C’est un peu plus délicat à caractériser, comme influence. On retrouve chez Imre Makovecz quelque chose qui plane également sur certaines tendances architecturales des années hippies, mais que le courant écologique actuel ne renierait pas : le retour matriciel à mère nature, avec ce que ce retour suppose d’enfouissement régressif, de douces formes rondes, de lumière chaude jouant sur le bois. C’est une nature rêvée, débarrassée de ses griffes et de ses crocs, mais c’est un rêve bien agréable, qui accueille à l’évidence chez Imre Makovecz quelque chose de sacré.

 

Donc, ça me plait bien. Ça m’a fait penser à plein d’autres constructions dont la rubrique « Architecture ronde » de ce carnet abonde. Regrets : cet architecte est plutôt mal documenté sur le Net et son site perso ne présente que des photos format timbre poste.

Imre MAKOVECZ - Architecte - Le carnet de Jimidi 1

 

 

Published by

Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?