Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 22:12

 

 

 

Coucher-de-soleil-du-3-juin-2012.jpg

 

 

Coucher de soleil du 3 juin 2012 (vers la fin)

Published by Jimidi - dans Ciels
commenter cet article
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 14:10

 

 

Deux-crassulas-pour-le-prix-d-une.jpg

 

Lettrine--i-Rockwell-coquelicot--le-carnet-de-Jimidi.jpg

 

 

l ne t’auras pas échappé que ces crassulas sont de deux variétés différentes. L’une aux feuilles en queue de castor, l’autre portant des haricots verts. J’aime bien leur côté « mini arbre ». C’est d’ailleurs les seules plantes ressemblant vaguement à des bonzaïs qu’il m’ait été donné de voir prospérer ici. Les vrais demandent trop de soin. Les crassulas, aucun. Celle de gauche revient de loin. À la suite d’un traitement contre les cochenilles farineuses (saloperie !) dont elle a failli mourir guérie, elle a perdu quasi toutes ses feuilles. Je les ai repiquées. Toutes n’ont pas donné quelque chose, mais à présent, comment dire ? je peux offrir des crassulas. Celle aux haricots verts est un cadeau. Nous l’offrîmes à Coline et Quentin, pour leur crémaillère de Lyon, je crois, mais comme ils ne se voyaient pas la déménager dans les îles, faut dire que l’intéressée était déjà assez imposante à l’époque, ils me l’ont confiée contre bon soins. Elle ne bougera plus. Ou alors par transporteur spécial. Non parce que là, je l’ai rempotée dans ce joli pot méditerranéen acheté tout exprès pour faire enrager Mélanie, qui ne jure que par les cache-pots, et l’ensemble doit peser à peine moins lourd que le JT de TF1.  

Published by Jimidi - dans À la maison
commenter cet article
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 08:39

 

Ciel-charge-de-debut-juin-2012.jpg

 

 

Lettrine--D-Ourgang---vieille-pierre--Le-carnet-de-Jimidi.jpgésolé, je vous négliiiiiige, mais je suis très occupé à relire, choisir les textes et réfléchir au prochain numéro de Scribulations. Tu dis ? Réfléchir ? Ben oui, j’ai essayé : je m’en faisais une montagne, mais finalement, ça se fait. Tu devrais t’y mettre. Alors alors, quand j’aurais le temps, il est possible que je vous parle de :

 

  • Mon interview sur Skype par des étudiants réalisant un web-documentaire sur la poésie numérique, avec de vrais morceaux de question comme :  12. Peut-on parler alors de lecteur numérique, quelles spécificités ? Quelle différence entre un lecteur numérique et un lecteur classique ? (Bouge pas, je reviens en novembre.)

 

  • La dernière balade là-haut avec ma brune. T’as déjà eu les vaches : restent les fleurs et les paysages.

 

  • Quelques ciels d’en ce moment, plutôt chargés.

 

  • Les courbes et chiffres du joli mois de mai de cet ici-blog. Je flaire un taux d’abstention croissant. Forcément, dès qu’il fait beau, tu traînes dans les boutiques.

 

  • Mes crassulas, rempotées, magnifiques. Tiens, j’en profite pour te faire part du décès prématuré de mon hibiscus orange. Pas ce qui s’est passé. Mort en trois jours. Va falloir que j’en trouve un autre. C’est vraiment trop joli comme fleur.

 

  • La rose Mamie Blue de Lou warholisée. Oui, je warholise tout. C’et un petit travail que j’ai. Les gens, les souvenirs de chien, les roses, tout.

 

  • Comment je me suis cassé une dent sur une merguez (et ce rendez-vous chez le dentiste seulement dans trois semaines !)

 

  • Ma très bonne soirée télé d’il y a quelques jours avec « Trois enterrements », un film joué et réalisé par Tommy Lee Jones, dont je me doutais à juste titre qu’il valait mieux que Men in black ou Volcano, suivi d’un reportage sur Niki de Saint Phalle et Tinguely.
Published by Jimidi - dans Cet ici-carnet
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 18:19

 

Citroën DS5 - Le carnet de Jimidi

 

Lettrine (O jante) Le carnet de Jimidiui, ben hein ! J’ai aussi mes moments de beaufitude et ce carnet étant né de longue date sous le signe du n’importe quoi, je ne vois pas ce qui m’empêcherait de publier un petit quelque chose sur deux voitures que j’aime bien dans la production française actuelle. Pour le reste, nous sommes bien d’accord, les voitures, il faudrait s’en débarrasser. Mais ce n’est pas le propos du jour. Ces deux là sont belles, quoique la photo de la DS5 ne lui rende pas tellement justice. En vrai, elle fait moins bling bling. Je vous les ai prises en blanc. C’est salissant, mais comme le soleil est revenu, c’est de saison.

 

 

Laguna III coupé - Le carnet de Jimidi

 

 

 

 


30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 19:02

 

portrait de groupe avec vaches - g

 

 

Lettrine--L-palme-d-or-verte--Le-carnet-de-Jimidi.jpg

 

 

 

 

aisse moi te narrer : lundi en fin d’après-midi, à l’heure où le soleil commence à sculpter les ombres (y’en a vraiment qui n’ont rien à foutre) on part tranquille pour la balade habituelle, mais cette fois avec ma brune. Comme d'habitude, j’espère secrètement que « mes » vaches seront au rendez-vous mais hélas, on ne les aperçoit que de loin et elles restent sourdes à nos appels : trois touffes d’herbe pour le prix de deux, ici, votre portrait gratuit, Steven Spielberg au téléphone pour toi, et même, ce soir tu fait la couv du Carnet de Jimidi. Rien a faire. On continue le chemin et dans un champ plus haut, que ne vois-je pas ? Des vaches ! Mais d’autres, que je ne connaissait pas encore. Tout un troupeau de jeunes génisses très starlettes, qu’il a suffit de regarder pour qu’elles viennent prendre la pose. Ou alors ma réputation de portraitiste bovin m’avait précédé...

 

Elles sont adorables non ?

 


30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 18:43

 

Cadeau de Lou - déjà un an - Le carnet de Jimidi

 

 

 

Letrine D (Rose Lou) Le carnet de Jimidi’où l’on peut déduire que cette année, chez Lou, les roses sont un chouia plus tardives que l’an passé. Quoique... Mai 2011, c’est pas le mois où il n’avait absolument pas plu ? Auquel cas, les fameuses roses étaient peut être en avance alors et à présent à l’heure... Va savoir ? Tout ça pour dire que sur Facebook, où décidément il campe, Lou affiche la première rose « Jimidi », une rose framboise-citron, ou groseille-noix de coco, que j’affectionne tout particulièrement. D’ailleurs c’est simple : dès que j’ai un jardin à moi, je monte chez Lou lui piquer nuitamment son rosier. La date est déjà fixée, ce sera entre un 22 et un 30 mai. Un mardi.  Il y a donc un an quasi jour pour jour, Lou m’envoyait une rose et une balayette de chiotte.

 

 


28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 14:01

 

Trois douzaines - Thierry Moral - Première et quatrième d

 

 

Lettrine (L Trois douzaines) Le carnet de Jimidi

 

 

es premiers romans, j’adore, on va vite comprendre pourquoi. Au plaisir de lire « Trois douzaines » pour ce qu’il est, s’ajoute le fait de connaître un peu l’auteur et de partager avec lui ce bonheur qu’on connaît de voir édité son premier roman. Il ne sera donc pas question ici de critique ou de réserve : rien qui puisse gâcher le plaisir, d’autant que les seuls défauts que je trouve à « Trois douzaines » sont autant de qualités, selon qu’on voit le verre à moitié plein ou à moitié vide. Je ne raconterai pas « Trois douzaines », la quatrième de couverture se charge très bien de présenter l’ouvrage, réussissant même l’exploit d’en lisser l’argument assez pour qu’il tienne en quelques lignes. À l’intérieur, c’est beaucoup plus foisonnant. C’est un plaisir de voir Thierry foncer, explorer, prendre des risques, comme celui des narrateurs multiples ou des E-mails rapportés, avec une belle imprudence et finalement plutôt des réussites.  Perso, je me suis attaché au personnage du sociologue. Est-ce parce qu’il est objectivement plus fouillé, qu’il dispose de plus de pages, ou suscite-t-il juste plus d’échos chez moi ? je ne sais.

Il est classique d’utiliser beaucoup de soi dans un premier roman et on sent bien dans celui-là que tout n’a pas été inventé. Mais les personnages étant plutôt nuancés que caricaturaux, les décors et situations inspirés du quotidien et non d’univers de fiction, on retrouverait probablement des traits et des traces de Thierry très largement distribués dans l’ensemble du roman. Mais ces interventions de la réalité paraissent bien mises au service du récit et non à celui de je ne sais quelle catharsis auto-centrée bavarde et plaintive. C’est donc un récit tonique, ça et là carrément drôle, qu’on pourra se procurer au prix un peu exagéré de 18,45€ auprès des éditions KIROGRAPHAIRES. 

 

 

Trois douzaines - dédicace de l'auteur

28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 08:33

 

 

Vu-du-ciel---Le-carnet-de-Jimidi.jpg

 

Lettrine--G-vu-du-ciel--Le-carnet-de-Jimidi.jpgrain de sable ou de sel, grain de peau, de poussière au gré du vent : mais qu'attendent les anges pour nous tendre une phalange, quand la vie se réduit au silence ? Goutte d'eau ou d'écume, goût amer perdu dans l'océan : qu'avons nous fait aux anges pour donner à l'amour un tel goût de revanche ?  Vu du ciel, faut-il qu'on nous enlève ceux qu'on aime, pour qu'on s'élève avec eux vers l'essentiel ?  Était-ce prévu, du ciel, de mettre les pendules à l'heure et à leur juste valeur les leurres de nos vies superficielles ? Graine de vie, de pollen, petite graine que l'on sème en s'aimant : il faudrait dire aux anges que ce sont les mêmes enjeux, qu'on soit du Sahel ou du Gange. Grand, immensément grand, de coeur, de sentiments, nous le sommes. Il faut prévenir les hommes qu'il est temps qu'on dérange les anges en nous qui dorment. Vu du ciel faut-il qu'on nous enlève ceux qu'on aime, pour qu'on s'élève avec eux vers l'essentiel ?

Était-ce prévu, du ciel, de mettre les pendules à l'heure et à leur juste valeur les leurres de nos vies superficielles ? Grain de poussière, gouttes de pluie, grain de chagrin pour lui. Goutte d'écume, grain de pollen pour elle  et se prendre par le coeur, quand tombent les imprévus du ciel

 

Chanté par Alain Chamfort dans l’album « Vu du ciel » sorti en 1995

 

Et tiens, pendant que je te tiens et qu’ils se tiennent par la barbichette : Alain Chamfort sort un album de reprises chantées en duo titré Elles & Lui, audible sur Musicme. Ça passe : les chansons originales n’ont pas été trop esquintées. Mes deux préférées : Malaise en Malaisie et Palais royal. Ne loupez pas, en apéro sur le site du chanteur, le clip « Souris puisque c’est grave ». J’en suis sorti tout désopilé.

27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 18:45

 

Des-pieds-et-des-mains---Le-carnet-de-Jimidi.jpg

                                                          

 

 

 

 

DES PIEDS ET DES MAINS


 

Lettrine--Q-Castellar--Le-carnet-de-Jimidi-copie-1.jpgue dire sur les mains,

Ces instruments de notre vie ?

Pour écrire une poésie,

Il faut des pieds,

Pour former des vers,

Mais aussi des mains,

Pour écrire ces vers.

Pourtant les vers n’ont pas de pieds,

Ils rampent...

Mais les pieds forment des vers.

Les vers n’ont pas de mains,

Mais les mains écrivent des vers.

Puis il faut aussi des mots,

Et les mots, sur les mains,

Ne sortent pas de mon cerveau.

Mes mains ne me soufflent pas mot…

Un mot,

Deux mots, trois mots…

Pour parler d’elles,

Et qui me donneraient des ailes,

Pour écrire un vers,

Deux vers, trois vers…

Des vers pour faire une poésie,

Qui parlerait des mains.

 

Alors je fais des pieds et des mains,

Pour les trouver… ces mots,

Qui formeront des vers,

Qui auront de beaux pieds,

Et que j’écrirais à la main…

Peut-être demain !

 

HRS          

 

 

 

 

 


Published by Jimidi - dans Blogs voisins
commenter cet article
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 07:04

 

(À chaque fois que j’ai l’occasion d’écrire « La tour de Babel », je repense à cet article sur l’architecture ronde dans lequel j’avais inclus l’image de cette fameuse tour, légendée « La tour de Babybel », voulant être drôle... D’ailleurs, il semble me souvenir que toutes les légendes de cet article avaient des prétentions humoristiques. J’ai reçu un commentaire : « Je tenais à vous signaler qu’il ne s’agit pas de la tour de Babybel, mais de la tour de Babel. » Les gens sont adorables. Parfois un chouia trop en mission, mais adorables.)

 

 

 

Les-21-erreurs-de-Bruegel-sur-la-tour-de-Babel---Le-carnet-.jpg

Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?