Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 20:01

 

 

 

fenêtre à contre jour avec bougie

 

 

 Lettrine (L our gang bougie)

 

 

 

 

 

 

es lueurs immobiles d'un jour qui s'achève ; la plainte douloureuse d'un chien qui aboie ; le silence inquiétant qui précède les rêves ; quand le monde disparu, l'on est face à soi. Les frissons où l'amour et l'automne s'emmêlent ; le noir où s'engloutissent notre foi, nos lois ; cette inquiétude sourde qui coule dans nos veines qui nous saisit même après les plus grandes joies. Ces visages oubliés qui reviennent à la charge ; ces étreintes qu'en rêve on peut vivre cent fois ; ces raisons-là qui font que nos raisons sont vaines ; ces choses au fond de nous qui nous font veiller tard. Ces paroles enfermées que l'on n'a pas pu dire ; ces regards insistants que l'on n'a pas compris ; ces appels évidents, ces lueurs tardives ; ces morsures aux regrets qui se livrent la nuit. Ces solitudes dignes du milieu des silences, ces larmes si paisibles qui coulent inexpliquées ; ces ambitions passées mais auxquelles on repense, comme un vieux coffre plein de vieux joués cassés. Ces liens que l'on sécrète et qui joignent les être ; ces désirs évadés qui nous feront aimer ; ces raisons-là qui font que nos raisons sont vaines ; ces choses au fond de nous qui nous font veiller tard...

 

Jean-Jacques Goldman - 1982 - Extrait de l’album « Minoritaire » (son deuxième) contenant également : Au bout de mes rêves / Comme toi / Toutes mes chaînes / Jeanine médicament blues / Veiller tard / Quand la musique est bonne / Je ne vous parlerai pas d'elle / Etre le premier / Si tu m'emmènes / Minoritaire / Quand la bouteille est vide     

 

 

 

commentaires

snounou 24/12/2010 00:38



Joli montage.
Bravo !



Jimidi 24/12/2010 09:03



Merci Mesdames ! Très bon Noël à vous deux (et à tout le monde).



Mélanie 23/12/2010 21:16



parfait !



Jimidi 23/12/2010 15:26



Vous vous en foutez sûrement, mais je tiens à dire que la fenêtre ouvrait initialement sur la cathédrale de Chartre, que j'ai viré pour la remplacer par un de mes couchers de soleil. La bougie a
été elle aussi rajoutée et sa couleur légèrement tirée vers le rouge.



Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?