Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 11:20

 

L'étoffe du diable - Michel Pastoureau - première de couv

 

Lettrine (A L'étoffe du diable) le carnet de Jimidi

 

 

lors là, bravo ! Je n’ai pas encore lu « L’étoffe du diable » de Michel Pastoureau, juste les premières pages, mais je trouve finalement rassurant que ce livre existe et qu’on ait pensé à me l’offrir. Oui, rassurant de n’être pas le seul habitant sur la planète des livres cinglés.  Pour avoir déjà sacrifié deux fois à l’impulsion d’écrire un livre à partir d’un prétexte assez mince et y être arrivé, grâce au concours d’autres auteurs givrés, j’admire en connaissance de cause l’entreprise de Michel Pastoureau. Je le vois comme si j’y étais se réveiller un matin avec l’idée d’écrire un livre sur l’histoire des rayures et des tissus rayés. J’imagine sans peine les tensions immédiatement induites entre le raisonnable, la peur du ridicule et de l’incompréhension, la peur de l’échec et l’irrépressible, la formidable envie d’y aller, de plonger pour voir si elle est bonne, le plaisir anticipé et petit à petit, mais assez vite, le livre qui germe, grandit et finit par prendre les commandes.

 

Bon... Je le lis et je vous raconte.

 

  

L'étoffe du diable

 

La rayure et les étoffes rayées sont longtemps restées en Occident des marques d'exclusion ou d'infamie. En furent notamment vêtus tous ceux qui, à un titre ou à un autre, se situaient aux marges de la société chrétienne ou bien en dehors : jongleurs, musiciens, bouffons, bourreaux, prostituées, condamnés, hérétiques, juifs, musulmans ainsi que, dans les images, le Diable et toutes ses créatures. Sans faire aucunement disparaître ces rayures très négatives, l'époque romantique voit apparaître une nouvelle forme de rayures, positives et liées aux idées nouvelles de liberté, de jeunesse, de plaisir et de progrès. Dans les sociétés contemporaines, ces deux types de rayures cohabitent : celles des vêtements de prisonniers, de la pègre, des lieux dangereux et mortifères, et celles du jeu, du sport, de l'hygiène, de la mer et de la plage.

 

Michel Pastoureau

 

Historien, anthropologue, auteurs de nombreux ouvrages sur les couleurs. Il a notamment publié, au Seuil, Bleu. Histoire d'une couleur (2000), Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental (2004), l’Ours. Histoire d'un roi déchu (2007), Noir. Histoire d'une couleur (2008) et, avec Dominique Simonnet, Le Petit Livre des couleurs (« Points-Histoire »,2007).

 

 

  Ça y est, j'ai lu ! L'article est ici...

Published by Jimidi - dans À la maison
commenter cet article

commentaires

Mélanie 19/12/2010 12:32



et que dit-il du tissu écossais ? (qui je l'annonce ici , je pense va être la grande tendance en décoration prochainement)



Jimidi 19/12/2010 13:47



ÉCOSSAIS ?! Courage : fuyons !



Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?