Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 16:58

 

Ron Arad 1

 

 

 

Ron Arad 2 ui ! je vais vous parler de Ron Arad, designer, mais j’ai deux remarques à formuler avant. La première pour préciser que, pour une fois, cette présente note n’emboîte pas le pas de notre cher (mais sporadique) Netkulture. Elle découle d’un article lu dans « M », un des nombreux suppléments du quotidien « Le Monde ». "M" dont la raison d’être m’est encore mystérieuse, mais qui fait partie de la livraison maternelle. Le Monde Magazine, je vois bien. Le monde des livres, pas de problème. J’ai longtemps cru que Le Monde Diplomatique était également un supplément. Mais « M » ? À part pour offrir aux marques traditionnellement associées à l’industrie du luxe un espace publicitaire de plus, de 62x46 par double page, quand même, à quoi bon ? Du coup, y’a pas plus bobo que ce supplément dans lequel Chanel, Dior, Vuitton et Balenciaga se bousculent, parmi d’autres, mais pour lesquels je serais obligé de vérifier l’orthographe.

 

Là, entre les deux pleines pages de la Mercedes SLS AMG, aux ailes papillon, et celle (tristounette) de Gianfranco FERRÉ, deux pages d’entretien avec Ron Arad – artiste designer. Chapô : Le célèbre auteur de la chaise Rover et de l’étagère Bookworm, adepte de la courbe et de l’innovation technologique, était à Tel Aviv, sa ville natale, pour l’inauguration du musée du design de Holon, un jalon essentiel dans une œuvre qui voit converger l’art, le design et l’architecture. Texte Josyane Savigneau, photographies pour « M » Gregoire Bernardi. Les photos en question sont celles de la tronche de Ron. Rien sur la « chaise » Rover (c’est en fait un fauteuil), rien sur l’étagère Bookworm, mais rien non plus sur le musée de Holon : démerdez vous.*

 

Tu dis ? la deuxième remarque ? Je tenais à commencer cette note par la lettre O. C’est fait. D’ailleurs, à ce propos, je n’ai pas réalisé immédiatement l’ironie qu’il y avait à créer des objets courbes en s’appelant Ron. C’est une ironie limitée au français bien sûr. Je doute que dans la langue maternelle de l’artiste, Ron veuille également dire cercle. N’empêche, n’empêche, une inévitable recherche dans Google image avec « Ron Arad » comme critère vous le confirmera, c’est bien avec les courbes (et les matériaux) que Ron Arad exprime le mieux son talent. Tu dis ? Y’a pas que ? T’as décidé de me les concasser, c’est ça ? Ok, je précise. Vous tomberez également sur sa bibliothèque USA, dont les frontières d’états forment les rayonnages : aucun intérêt. En fouillant vous trouverez aussi un assez amusant et très anguleux siège semblant procéder de l’ouverture d’un fly case accordéon, mais sinon : courbes.

 

Ron Arad 3

 

 

Ron Arad 4e que vous trouveriez aussi par cette recherche Google, si comme moi vous avez lu l’article de « M », c’est le fin mot de cette opposition entre art et design dont Ron Arad et son interlocutrice tombent assez vite d’accord pour dire qu’elle n’a pas de sens. Il semble, si j’ai bien compris – mais à la réflexion ça me parait assez évident – qu’un fossé soigneusement creusé par les galeries et les musées relèguent certains artistes dans les boutiques, les premiers exposant des œuvres, les secondes vendant des objets. Or l’avalanche d’image Google confirme bien cette démarche de Ron Arad consistant à prendre comme point de départ la forme et le matériau pour aller vers la fonction, mais pas l’inverse. Certains de ses sièges ne paraissent adopter cet usage que par inadvertance. Du coup, se trouve également mis en exergue à quel point pouvait être illusoire (et finalement stupide) cette idée que pour le design, la fonction seule déterminait la forme. S’il ne s’agissait QUE de s’asseoir, (ou de se vautrer) tous nos fauteuils se ressembleraient. Or le moins qu’on puisse dire, c’est que ce n’est pas du tout le cas, sauf chez moi où grâce à un crédit gratuit et une ristourne monstrueuse, nous avons acheté deux exemplaires du même canapé.

 

Ron fait dans le rond. On ne sera donc pas surpris de mon choix d’illustrations, piquées ça et là sans rien demander à personne. J’ai une tendresse particulière pour l’ovni de salle de bain dont une vidéo précise qu’il pivote entièrement autour de son centre pour vider l’eau (au secours !). Tiens, ça me donne des idées de baignoires murales. Très intéressant aussi cet immense anneau inox posé en biais qui se révèle être le bureau de la réception d’un hôtel et grosse tendresse bien sûr à ces « coquillages » au creux desquels ont doit sécréter de bien beaux rêves éveillés.

 

Jimidi 12 mars 2010

 

  Ron Arad 5

 

 * On trouvera heureusement tout ce qu'il faut à propos du musée du design d'Hebron sur le site de Ron Arad, dont une vidéo très fluide permettant de traverser tout le musée une minute.

commentaires

MiKla 30/08/2010 19:38



Bon, je me dévoue pour Ron Arad, juste pour dire que Holon est une ville très laide (enfin était), et que c'est pas du luxe d'avoir mis le musée là-bas. Là !



Jimidi 30/08/2010 23:41



(D'ici à penser qu'ils ont choisi la plus moche... Qui disait déjà : "Les belles sont rarement libres, et les libres sont rarement belles" ? Mais je ne crois pas qu'il parlait des villes...)



Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?