Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 09:27

 

 Prison - Jimidi - années soixante dix

 

 

 

Lettrine (A prison)lors là, mes enfants, on fait pas dans le simple... Du moins visuellement et techniquement. Mais il faut que je vous parle un peu du contexte de cette oeuvre composite. On doit être dans les années soixante-dix et viennent de s’installer, à un jet de pierre de chez Dut, Nicole, Denis Rousseau et leurs deux enfants, Samuel et Jocelyn. Nicole est potière, Denis... Heu... Vannier au départ, lissier à l’arrivée, mais également sculpteur et accessoirement mon prof de Tarot. Lissier, je précise pour Mélanie (de Tours), c’est les gens qui font de la tapisserie. Non, pas du papier peint, de la tapisserie genre Aubusson. Je vous en aurait bien montré, mais Google, s’il connaît plein d’homonymes, ne le trouve pas lui. Denis avait installé son grand métier à tisser au garage, rechapé de béton frais avec mon aide et confectionnait au départ, des tapisseries assez classiques, sur lesquelles de grandes formes géométriques rondes s’interpénétraient. Tu vois Toffoli ? Ben un peu pareil, mais abstrait et en laine. Côté jardin, Nicole avait son atelier terre. Elle tournait une poterie assez conventionnelle également : pichets, bols, coupes... Il était temps que j’arrive.

 

 

On ne dira jamais assez les bienfaits de réunir plusieurs artistes dans les mêmes mètres carrées. Certes, la maison de Nicole et Denis n’était pas la Villa Médicis, mais j’ai quand même passé chez eux des milliers d’heures. Je me suis par exemple demandé un jour si en remplissant une boule de terre creuse de verre pilé, après cuisson, en la cassant, il n’y aurait pas moyen de recréer ces géodes de cristaux qui constituent un peu le graal de tous chasseurs de minéraux. J’avais à l’époque (et j’ai toujours dans un carton) une collection de pierres assez importante. Je me souviens de notre surprise en sortant mes essais du four. Côté géode, c’était tout à fait raté, mais la canette pilée, en fondant, avait recouvert la terre cuite d’une matière lisse, transparente et profonde dans laquelle la lumière jouait au gré des craquelures nées du refroidissement dans son épaisseur. Ça évoquait le vitrail et l’eau marine des criques. Denis s’est beaucoup servi de ça pour plusieurs réalisations de grands décor muraux.

 

Mais perso, à l’atelier (j’allais écrire « en cuisine » !) mes recherches m’orientaient, là comme ailleurs, vers tout ce qui pouvait faire trace d’écrit. On ne sera dont pas surpris de retrouver, dans « Prison », une plaque de terre portant un alignement d’idéogrammes carrés.

 

Les « racines » viennent d’ailleurs. Ayant abandonné la tapisserie plate, Denis explorait les possibilités offertes par le macramé et d’autre techniques dont une consistait à gainer du fil métallique avec de la laine. Il utilisait pour ce faire une perceuse fixe, dans le mandrin de laquelle il coinçait une tige métallique. Quand la tige tournait, le fil de laine se trouvait bobiné autour d’elle et plusieurs passages donnait au fuseau réalisé une épaisseur variable. Perso, j’ai bobiné du fil de cuivre, récupéré dans des transfos de vieilles télés. Les barbelés de « Prison » sont de cuivre également, réalisé à l’identique d’après un modèle original piqué sur une clôture. Qu’est ce qu’on a d’autre ? Oui, plusieurs grillages à maille carré, au moins quatre différents, mais maintenant, vous savez pourquoi.  

 

Comme vous pouvez le voir, l’ensemble est plutôt raté. Les trop nombreux éléments entretiennent entre eux un dialogue de sourd, produisant au final une sorte de cacophonie dans laquelle on serait bien en peine de dégager une intention. A l’occasion, je vous montrerai une oeuvre réussie utilisant les mêmes techniques, mais elle est chez Dut, je l'ai donnée à mon père.

 

 

commentaires

Mélanie de Tours 01/11/2010 19:23



Tout.



Mélanie de Tours 01/11/2010 10:23



Je suis épatée !



Jimidi 01/11/2010 11:11



Tu veux dire "épatée" ? Le nez ? Les pommettes ? Tout ?



Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?