Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 19:06

 Lettrine (H pliable)

 

 

 

ier, la plomberie nous invitait au flexible, aujourd’hui, le prospectus Gifi nous propose du pliable. Deux concepts que je rangerais volontiers dans des catégories phénoménologiques voisines si j’avais la moindre idée de ce dont il s’agit et si je ne craignais en sus de perdre au passage le peu de lecteurs venant traîner ici deux virgule huit fois en moyenne par jour. Mais en première approximation, avant de plonger dans le fameux prospectus, je peux hasarder l’hypothèse que le flexible propose de s’adapter en souplesse aux situations là ou le pliable s’impose de réduire son encombrement pour s’adapter au volume de rangement disponible.

 

C’est moi, ou ça sent déjà l’imposture ? Non parce qu’on va pas tarder à extraire des pages chamarrées du prospectus des trucs et des machins proposant tous de se faire tout petit, vous permettant ainsi de gagner de la place. Mais je suis quasi sûr que dans votre esprit, gagner de la place, c’est gagner de l’espace vital pour vous, voir l’horizon de votre chaos domestique reculer jusque dans les bleus lointains et avec lui la ligne de front séparant vos dérisoires efforts ménagers des armées coalisées du désordre et de la poussière, menant elles, sans démordre, le siège de votre nid douillet.

 

Vous allez être déçu, déçue, déçus, déçues ! (C’est bon ? Tout le monde est là ?) et notre premier objet va vous le démontrer.

 

Passoire-pliante-GIFI.jpg

 

La passoire pliante   

Mes excuses préalables à l’objet. Puisse la PP (passoire pliante) ne rien voir de personnel dans ce qui va suivre. Ma démonstration serait tout aussi valable avec une enclume gonflable ou une chaise longue lyophilisée. Mettons que l’idée, la vue, le prix de la PP vous tire spontanément des hululements d’extase, qu’un désir irrépressible de l’avoir vous caramélise et mettons même que vous l’achetiez, quitte à utiliser des arguments fallacieux genre, avec les poignées, elle fera aussi sac à main ou, en appuyant fort, je suis sûr qu’on doit pouvoir s’en servir aussi de presse purée, bref, ça y est, vous l’avez. Vous ne me ferez pas croire UNE SECONDE qu’il s’agit là de votre première passoire, ni que la précédente fût à remplacer : avant que l’abrasion agrandisse les trous au point qu’ils se rejoignent, ça peut vous tenir un siècle ou deux ces machins là, à moins que vous ne mangiez à tous les repas du sable sous pression, ou que vous récuriez votre passoire tous les jours au papier de verre ! Bref, vous voilà avec deux passoires, dont une pliante. Mettons alors - on est en pleine science fiction - que vous vous débarrassiez de la vieille. Tu dis ? Non, pas celle-là, je parlais de la précédente passoire. Vous l’offrez pour une tombola ou l’anniversaire d’un neveu éloigné, vous la coupez en petits morceaux avant de la mettre à la poubelle (qu’on ne remonte pas jusqu’à vous ) vous l’envoyez à une oeuvre caritative chargée de les recycler en fauteuils roulants pour amputés des deux mains, bref, vous voilà désormais avec une passoire. Pliante et unique.

 

Vous allez la ranger où ? Que ce soit à la place de l’autre ou dans un tiroir plutôt qu’un placard, votre horizon ne va guère changer. Tout juste aurez vous gagné un peu de place, mais vous connaissant comme je vous connais, cette place là, vous allez la mettre à profit pour stocker une merdouille de plus, sacrifiant à cet axiome qu’il nous fallait démontrer : la place gagnée avec un objet pliant ne l’est pas au profit du vide, mais d’un autre objet susceptible de l’occuper. Je vous le formule autrement : plus vous libérez de la place, plus vous pouvez accumuler. Je ne sais pas quelles conclusions vous en tirerez concernant notre passoire, mais je serais vous, j’en achèterais directement trois pour être tranquille avec ça.

 

 

Le plie-linge

On retrouvera, à peine plus loin dans le prospectus, une vieille connaissance, ayant déjà largement alimenté nos chroniques, mais tout à fait à sa place ici. J’ai nommé le plie-linge Gifi. Là, on fait quasi dans le méta puisque l’objet est à la fois pliable mais destiné à en plier d’autres. Contrairement à la passoire, le plie-linge nouveau a peu de chance de remplacer un ancien plie-linge dont vous seriez déjà l’heureux propriétaire. Mais il va également occuper de la place en prétendant vous en faire gagner et si l’on peut difficilement se passer de passoire, en revanche, je me passe très bien de plie-linge. Finalement, pour l’un comme pour l’autre, le premier endroit dans lequel ils vont à coup sûr vous permettre de gagner de la place, c’est votre porte monnaie.

 

Vous trouverez ci-dessous mes deux précédentes chroniques consacrées au plie-linge. La vérité historique m’oblige à avouer que la deuxième, dans laquelle cet ustensile imbécile est présenté sous un jour avantageux, m’a été inspirée par le commentaire de James sur la première.

 

Jimidi 

 

 

Plie-linge Gifi I (re)

 

Plie linge Gifi - cet objet est con 

 

comme on caresse un loup (lettrine)amais vu un truc aussi con. Pourtant, des objets cons, ce carnet de notes en regorge. Mais ils sont cons ET marrants, cons ET surprenants, cons ET bizarres. Celui là est juste con. Il est extrait de l’actuel prospectus Gifi, des idées de génie. On ne doit pas mettre le même sens sous le mot « génie » Gifi et moi. Ou alors le leur est resté un peu trop longtemps dans une lampe malencontreusement remplie d’alcool… Pi leur « plie-linge », ils ne l’ont pas caché dans un recoin du prospectus, non, première page, direct ! C’est vrai qu’une connerie aussi monumentale, ça gagne à être connue, ça s’affiche, ça va faire date, créer un précédent, battre un record, établir une nouvelle norme. Après tout, peut-être les foules incrédules vont-elles se précipiter, des files d’attente se former avant même l’ouverture des magasins. On voudra venir voir de ses propres yeux voir, toucher la chose, s’assurer en personne de sa réalité. Il est même possible que les plus espiègles en achètent un, qu’une mode se crée, que des soirée pliage de tee-shirts s’organisent entre amis pour rire, que ça finisse en jeu télé, en discipline olympique.

 

Mais en attendant, c’est un objet con. Je sais bien qu’il s’en trouvera parmi vous pour m’apporter la contradiction, se faire l’avocate du diable (de Tours), assurer que si, qu’après tout, que pourquoi pas, que les innombrables plieurs de tee-shirts dotés par quelque ironie du sort d’un pied gauche comme seul membre supérieur vont trouver dans le plie-linge la fin du cauchemar qu’était jusque là leur vie, une nouvelle raison d’espérer, la foi pour certains. Mais qu’on y réfléchisse un peu, qu’on réalise, qu’on ouvre les yeux, qu’on répète trois fois la même chose depuis le début : quelqu’un ayant besoin de ce truc con pour plier un truc aussi con à plier qu’un tee-shirt, vous imaginez combien de siècles de cours du soir il lui faudrait pour apprendre à plier un pantalon à patte d’eff ou une chemise à jabot et manches gigot ? Il y a donc fort à craindre que les client potentiels de ce truc con, les vrais, ceux qui n’achèteraient pas le plie-linge seulement pour se pisser dessus de rire, aient certes, des piles parfaites de tee-shirt impeccablement pliés, mais à coté, quoi ? Ben oui : des MONTAGNES d’autres vêtements impliables avec ce truc con. Et alors que faire ? Attendre que Gifi et son génie psychopathe commercialisent un plie-linge adapté à chaque pièce de leur trousseau ?

 

...

 

Ah ! Vous voyez que ce truc est con.

 

Jimidi 20 août 2009

 

Commentaires recueillis à l’origine

Je serai ce jour l'avocat du diable, croyant mais non pratiquant. Le dieu du pliage, Origami I, a trouve son maître : le plie -linge, et GIFI est son prophète. Je suis très bordelique chez moi et pourtant je connais cet objet grâce au Télé-achat depuis quelques années. Moquez-vous, braves gens, mais cet objet va révolutionner votre vie ! Croyez-le ou non, on peut tout plier correctement : chemises, robes, pantalons, pulls, toutes les fringues. James 11.09.2009

 

Ouais moi j'en connais qui sont d'une rigueur militaire dans leur armoire et pour qui cet objet peut être un must. Un en particulier de ma connaissance qui utilise une BD pour plier sa chemise autour, sisi. Je m'en vais acquérir ce bijou pour son anniversaire, je suis sûre qu'en plus ça va lui faire plaisir ! MiKla 11.09.2009

 

 (Maintenant c'est sûr : tous cinglés) Cher James, oserais-je l'avouer, depuis votre commentaire, l'image de vous en robe (impeccablement repassée, superbement pliée, magnifiquement dépliée) me hante... Écrit par : Jimidi 11.09.2009

 

Donc, si je comprends bien chère Mikla, emboîtant le pas à James (quel beau couple !) et abondant dans son sens, vous êtes en train de me dire que ce magnifique objet, esthétique et peu cher, peut rendre d'infinis services. Ok, vous l'aurez voulu : je m'engage à rédiger une contre-note à la gloire du plie-linge. A suivre donc... Écrit par : Jimidi 11.09.2009

 

4 euros pour ce truc-là ? Trop cher ! Fabriquez-le... Cherchez un carton d'emballage gratos chez GiFi et regardez la suite : vous serez surpris...
http://vids.myspace.com/index.cfm?fuseaction=vids.individual&videoid=17702337
Écrit par : snounou 11.09.2009

 

Et ça plie les chaussettes aussi ? Écrit par : melanie 11.09.2009

 

Trop bien, on peut le fabriquer soit même ! Écrit par : MiKla 12.09.2009


(...)

(je ne réédite que les commentaires en rapport avec la chronique)

 

 

  Plie-linge Gifi II (re)

 

Plie linge Gifi - cet objet est bon

Lettrine (J plie linge Gifi)

 

 

amais vu un truc aussi bon. Pourtant, des objets bons, ce carnet de notes en regorge. Mais leur excellence, associée à une autre qualité, semble s’y diluer : ils sont bons et marrants, bons et surprenants, bons et bizarres. Celui là est pur : il est juste bon. Il est extrait de l’actuel prospectus Gifi, des idées de génie, où il figure à la page qu’il mérite : la première. C’est vrai qu’une bonté aussi monumentale, ça gagne à être connu, ça s’affiche, ça va faire date, créer un précédent, battre un record, établir une nouvelle norme. Les foules incrédules vont se précipiter, des files d’attente se former avant même l’ouverture des magasins. On voudra venir voir de ses propres yeux voir, toucher la chose, s’assurer en personne de sa réalité. Il est assez vraisemblable qu’une mode se crée, que des soirées pliage de tee-shirts s’organisent entre amis pour communier, que ça finisse en jeu télé, en discipline olympique.

 

Mais en attendant, c’est juste un objet bon. Je sais bien qu’il s’en trouvera parmi vous pour m’apporter la contradiction, se faire l’avocate du diable (de Tours) que non merci, que pas du tout, que sans façon, qu’un simple album de bande dessiné ou qu’un bête assemblage de quatre cartons font très bien l’affaire, que plier le linge n’a jamais été un enfer, qu’il n’y a vraiment pas lieu de trouver dans le plie-linge Gifi une satisfaction. Pourquoi pas la foi pendant qu’on y est ! Aie don, crévinguieux, merdequoi !

 

Mais réalise-t-on quelle était jusque à présent la vie tourmentée du producteur de testostérone bio, célibataire, à l’heure de s’occuper du linge ?  Il s’est retrouvé assez vite dans son premier chez lui confronté à cette réalité simple, mais qui lui avait échappé jusque là, selon laquelle le processus conduisant du linge sale aux piles d’habits impeccablement rangées dans une armoire n’avait rien à voir avec le cycle naturel de l’eau ou la successions des saisons et qu’à défaut d’une intervention de sa part, son linge sale allait le rester. Pour une raison tout à fait indépendante de sa volonté – et de la mienne –  sa mère est à ce moment là en panne ou aux Bahamas. Il va au lavomatic, forcément, au moins une fois, plutôt content de lui au départ, l’innocent. Comment n’y avait-il pas pensé ? À chaque problème sa solution : Il a faim, il va au resto. Il a soif, il va au bistro. Il a sommeil, il va au dodo. Il a du linge sale, il va au lavomatic. Tout le monde va au lavomatic.

 

Il n’ira plus jamais au lavomatic. En entrant, il retrouve instantanément les sensations de son oral du Bac. Pire : il sait ce que c’est que de comparaître devant un jury d’assise ou d’être en garde à vue. Il a compris immédiatement qu’avec son sac de linge sale à la main, dont il projetait – tiens tiens ? - de faire disparaître les traces douteuses. Il était infiniment SUSPECT.

À partir de là, les témoignages divergent. Pour certains, assez peu crédibles, l’individu est allé jusqu’à laver ses affaires, repartant ensuite avec précipitation (il pleuvait) mais difficulté, chargé qu’il était d’un sac devenu beaucoup trop lourd pour lui, ses forces l’ayant semble-t-il abandonné. On l’aurait vu entrer subséquemment chez un thérapeute. Selon d’autres témoignages, après avoir poussé la porte, l’individu aurait tourné les talons sans attendre, bredouillant quelque chose comme « Excusez moi, je me suis trompé de numéro. » La rumeur publique colporte qu’ultérieurement, après ce qui apparaît du coup comme un premier repérage, il serait revenu à trois heures du matin, à un moment où il était presque sûr de ne pas être surpris.

 

Donc il achète un lave-linge ; son rapport investissement/bénéfice est un chouia plus favorable qu’une psychanalyse. Il l’a choisi à chargement frontal, avec un hublot parce qu’il lui semble qu’alors, il pourra surveiller que tout se passe bien. Puis hublot, ça fait un peu transatlantique. Après une première lessive à l’issue de laquelle tous ses sous-vêtements ressortent d’un très joli rose, il comprend assez vite qu’on ne lave pas impunément ensembles les tee-shirts et les rideaux. Il apprend vite. Ses expériences (variées) aboutissent toutes au rachat d’une garde robe intégrale, mais les vêtements neufs ayant souvent l’avantage d’être propres, ça roule. Un jour enfin, après qu’une première panière de linge ait été retrouvé morte, empoisonnée aux champignons faute d’avoir été étendue, notre futur candidat à l’achat du plie-linge se retrouve finalement avec des vêtements propres, secs, mais froissé.

 

Puis un déclic se fait, une connexion s’établie. Notre sujet - appelons le, je ne sais pas moi, James par exemple - est un homme. Il a donc une confiance inébranlable en la technique. Il réalise en une vision comparable à celle de Saint Paul sur le chemin de Damas les tenants et les aboutissants du problème linge. Il associe, il conçoit, il échafaude et bientôt – vous devriez demander aux enfants de reculer un peu – il s’organise. Ça passe bien sûr par des achats, puis quelques travaux, mais on n’a rien sans rien. L’œil attendri de la caissière le dédommage largement alors qu’il passe tout encombré d’un caddie contenant pêle-mêle une planche à repasser décor chatons, un séchoir Tancarville, une centrale vapeur avec fer, une jeannette, « Le repassage pour les nuls », des cintres, un portant, une peluche de raton laveur brusquement désirable sans qu’il sache pourquoi, un pulvérisateur à main, une bombe d’amidon, des torchons pour commencer doucement.

 

Il a repéré dans son emploi du temps un moment favorable dans la semaine, correspondant probablement au passage télé d’une série que tout le monde regarde sans oser l’avouer, ce qui interdit heureusement les visites surprise, et il s’y met. Bientôt, pourquoi se le cacher ? il trouve un certain plaisir à transformer un tas de chiffons en piles de vêtements classés en ordre chronologique et alphabétique décroissant sur les étagères de son dressing.

 

Mais il se souvient comme si c’était hier de sa rencontre décisive avec le plie-linge. Jusque là, le pliage restait une étape manuelle un peu contrariante dans un processus largement mécanisé. Mais le plie-linge mes frères, alors là oui ! Écoutons le témoignage de James : « Je suis très bordelique chez moi et pourtant je connais cet objet grâce au Télé-achat depuis quelques années. Moquez-vous, braves gens, mais cet objet va révolutionner votre vie ! Croyez-le ou non, on peut tout plier correctement : chemises, robes, pantalons, pulls, toutes les fringues. »  James a enfin gagné sur sa nature profonde, il ne craint plus les quolibets de la foule, il avance désormais dans la vie tête haute sur un chemin glorieux bordé de piles de vêtements parfaitement ordonnées dont la cime se perd dans les cieux. Tout ça grâce au plie-linge. Recueillons nous un instant.

 

...

 

En vérité, je vous le dis, ce truc est bon.

 

Plie linge Gifi - cet objet est bon en couleurs

 

Une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, j'ai la joie de vous annoncer que le plie-linge existe en plusieurs couleurs : rose pour les filles, bleu pour les garçon, anthracite pour les mineurs. Un autre modèle, d'autres coloris et même une démo animée en suivant le lien.

 

Jimidi 12 septembre 2010


Commentaires recueillis à l’époque

Ce texte est aussi bon que le plie-linge ! Mais si une jeannette est une petite Jeanne, c'est quoi une petite Mélanie ? et ça sert à quoi ? Écrit par : melanie 12.09.2009

 

Une jeannette n'est pas du tout une "petite Jeanne" quand à une "petite Mélanie", comme disait Confusius, ou son psy, je ne sais plus : "Personne ne devrait confier à un autre le soin de répondre à la question de savoir quelle sens a sa vie." Pour la bonne raison que la plupart du temps, on a bien autre chose à foutre. Écrit par : 12.09.2009


(...)
je trouve toujours le plie- linge aussi con..... et ton texte tordant... Écrit par : soisic 12.09.2009

 

Merci Soisic (...)  Écrit par : 12.09.2009

 

Je l'avais vu, mais la pub c'est comme les professions de foi électorales. Faute de l'étude raisonnée d'un laboratoire de recherche consommant beaucoup de T-shirts et d'ingénieurs mouillant jusqu'à leur chemise, on craint l'arnaque et 4 euros, ça ne se trouve pas sous le sabot d'un cheval, 400.000 euros non plus,

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20090622.OBS1460/le_congres_coutera_400.000_euros_selon_bernard_accoyer.html ou alors c'est une manade. Je vais essayer ce plieur pour ma sculpture "Underwood" dont je ne veux plus me séparer en voyage : elle ne tient pas dans une valise et elle est refusée comme bagage de cabine.
Toutefois, nous mettons les investisseurs en garde contre les produits dérivés sans avenir comme le plie-bagage pour personnes de la diversité qui ont eu l'imprudence d'inscrire leurs enfants à l'école et se sont vu chrétiennement prier de plier bagage. En effet, ce sont là gens sans foi ni loi ni bagage. Les professions de foi électorales, c'est pas comme la pub. Quand on annonce "demain on plie gratis", aujourd'hui ça se fait.
Hier, avec le "Nouvel OMO", il fallait nouer le linge avant de le laver et il fallait, selon le "Rapport Coluche", une semaine pour défaire les noeuds mouillés qui moisissaient.
"Comprenne qui voudra !
Moi, mon remords, ce fut
la première panière de linge
au regard d'enfant perdue,
celle qui ressemble aux morts
qui sont morts pour être aimés.
C'est [presque] de l'Éluard. Mesdames et Messieurs, je vous remercie
. Écrit par : lou 13.09.2009

 

commentaires

lou 18/08/2011 18:34



 


Je peux seulement dire que nous avons trouvé le moyen de mettre fin aux guerres civiles dans le monde arabe. Nous avons acheté plusieurs millions de plie-linge, sous couvert d'associations
caritatives et nous allons les distribuer aux dominants comme aux insurgés.


 





 


Après avoir essayé de plier leur djellaba, ils seront tous morts de rire : réconciliation générale.


Nous arriverons par un angle 34.28N 69.11E.


[authentique]


Nous partirons d'Orly vendredi à 19 h 30 et nous serons de retour dimanche à 18 h 40.


[authentique]


Je n'ai pas le droit de dire si c'est une
Subaru ou une Megane qui nous conduira à l'aéroport, la sécurité nationale serait compromise.


 



Jimidi 19/08/2011 00:32



(Ça y est, maintenant c'est sûr : Lou a une double vie. Je me demande si ce n'est pas lui qui a servi de source d'inspiration pour "J'ai épousé une ombre" remaké en "True lies" ? )



lou 18/08/2011 12:44



 


Puisque je suis cité à comparaître, commençons par Charles Trenet.


http://www.youtube.com/watch?v=VOovjqCQPiI


Restons en au sujet et aux économies.


Le plie-linge, c'est le tout en un. Personne n'a remarqué qu'il pouvait faire passoire (pour les petits pois, on évitera les extra-fins) et presse-purée. Gaufrier dans la version chauffante. Et
comme il est démontable, tapette à mouches. Mieux encore : pochoir pour faire de jolis ronds de couleur sur le T-shirt qu'on aura plaisir à plier.


Les possibilités sont infinies, nous avons même un projet en cours d'étude au ministère de la défense.


 



Jimidi 18/08/2011 17:21



Je n'étais pas au courant, mais c'est normal : ce soit être un projet classé top secret...



Idothée 13/09/2010 18:08



haaaaaaaaaaaa


moi je sens que je vais jouer avec des foulards ce WE



Jimidi 13/09/2010 20:00



Oui, voilà : fait nous la danse des sept voiles, en duo avec Mélanie...



Fatumbi 13/09/2010 08:22



Mais non, tout ce qui est pliable/plié n'est pas le diable voyons et demandons à n'importe quelle dame si c'est un pêcher que de posséder certains objets en double exemplaire (voir plus, bien
sur). Vous imaginez-vous un seul instant répondre "mais chérie, tu en as déjà un de sac pourquoi en désirer encore un autre, même plié" ? A moins d'un grand désir de solitude, parfois bien
compréhensible, évitez, ça ne passe pas.


Il faut vous y mettre. Alors hop, un petit lien cadeau pour l'exemple des sacs:


furoshiki et ses techniques


(je vous laisse chercher pour les robes, les plantes, les chaussures)


 



Jimidi 13/09/2010 08:47



J'y cours ! Merci de votre visite.


Ok, vu. Totalement bidon. Ce n'est pas de nous le tartiner en japonais, ni de faire comme la dame douze gestes là ou un suffirait, qui changera fondamentalement ce qu'on a finalement : un
baluchon.



Idothée 12/09/2010 18:42



Tu as des fans : John Peter B et Denise Girard


Les autres c'est Cat Michèle et moi, nous sommes partout ....



Jimidi 13/09/2010 18:00



Pour Denise et vous, je vois, mais qui est John Peter B ?



Mélanie de tours 11/09/2010 21:25



ça s'appelle "la folle complainte" monsieur Jimidi



Jimidi 12/09/2010 10:12



Ok, merci, je cours en quête de !



Mélanie de tours 11/09/2010 11:01



Ben Monsieur Lou, on ne dit rien de Charles Trenet ?



Jimidi 11/09/2010 17:24



Perso, je ne me souviens pas assez de cette chanson, avec cette bonne qui se donne de la joie. J'ai vaguement cherchouillé : rien trouvé.



Idothée 11/09/2010 09:10



Ha ben, puisque tu as un bouton facebook en haut de ta page, je suis tentée de m'en servir. Le bouton en question va plier ton article, en suivant la ligne
des points, puis l'envoyer proprement  quelque part dans le pays de la haute technololgie informatique pour le ressortir tout propre ailleurs sur la toile . Je clique ??


Pas d'essorage au passage je te rassure.



Jimidi 11/09/2010 10:30



Mheu oui, clique donc ! Vaut mieux toi que moi : je ne vais jamais sur crotte-de-bouc. Tu me raconteras...



Mélanie de tours 10/09/2010 20:26



c'est la bonne qui n'est pas sage qui va encore plus se donner de la joie avec une telle passoire !



Jimidi 10/09/2010 21:06



Mmmmm... Je crois qu'il va être temps de rééditer ma série sur les sex-toys... (Dans laquelle, tiens ? ne figure aucune passoire.)


En fait, elles sont déjà rééditées. C'est là : http://www.le-carnet-de-jimidi.com/pages/Catalogue_Quelle_Ne_ratons_pas_la_correspondance-3520011.html



Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?