Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 14:14

 

Moebius - Dessin retouché pour inclure la signature, à la 

 

Lettrine (Ç Moebius)

 

 

 

a marche à tous les coups, pour le moment (pourvu que ça dure !) : quand je n’ai plus aucune idée d’article à vous jeter en pâture, il m’en vient assez vite au moins une, sans trop chercher. Il faut croire que ma nature a horreur du vide. Tu dis ? Si elle avait vraiment horreur du vide, y’aurait environ trois fois moins d’articles sur ce carnet ? Possible. J’aurais peut-être également moins d’interlocuteurs virtuels sarcastiques...

 

Je suis retombé ce matin sur Mœbius, à la suite de détours dont je ne me rappelle plus les méandres, mais de toute façon beaucoup de chemins me conduisent à Mœbius et comme sa grande expo parisienne vient d’ouvrir à la Fondation Cartier, le buzz est intense. Parmi le matériel promotionnel, et dans l’emballage médiatique, on trouve assez facilement des vidéos où Jean Giraud s’exprime assez librement sur sa démarche et dans lesquelles j’ai été ravi d’entendre ce qui suit :

 

On pourrait dire que le langage, chaque langage est le fruit d’une transe collective, qui met en place un réseau, un système  de communication très élaborée, mis en commun, qui repose sur un assentiment commun. (...) bien sûr que chacun tient une partie de l’axe d’une langue, que c’est une responsabilité de parler correctement, mais c’est une responsabilité aussi que de déformer ce langage pour le maintenir vivant, d’y introduire des pièges, des glissades, des chutes (...)

 

La langue que nous parlons est un être vivant, qui se meut dans le temps et l’espace comme un immense papillon, une immense chenille, en transformations permanente, c’est à dire que de chenille, elle se transforme en permanence en papillon,  elle s’envole dans la nuit, attirée par les odeurs, les molécules en suspensions dans le « nowhere ». Elle rencontre d’autres langues, d’autres espaces, d’autres temps.

 

J’espère que Jean Giraud ne m’en voudra pas trop d’avoir trafiqué un de ses dessins pour composer l’illustration d’ouverture de cet article. Ça a été une expérience assez déroutante pour moi de photoshoper un dessin du maître, en me disant à la fois que je n’avais pas le droit, mais en y prenant un plaisir fou. Hi hi !

 

Moebius - Le major Fatal - dossier de presse de l'expo Tran

 

Si vous avez la chance d’habiter paris ou d’y passer, visitez l’expo Mœbius - « Transe forme » à la Fondation Cartier - Paris 12 octobre 2010/13 mars 2011- Le dossier de presse - Le site dédié  

 

 Moebius - Portrait de famille - extrait du dossier de press

 

 

Moebius - L'auteur en exo-squelette - dessin adapté à par 

 

Voir aussi :

Published by Jimidi - dans Dessin - BD
commenter cet article

commentaires

Iss'n'kor 23/11/2010 16:43



Pas encore été la voir mais ça ne saurait tarder.



mélanie de Tours 20/11/2010 14:39



Ben pourquoi vous ne montez pa à Paris pour la voir ?



Jimidi 20/11/2010 15:04



Figurez-vous que j'y pensais, chère Mélanie...



Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?