Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 décembre 2014 4 25 /12 /décembre /2014 11:13

 

 

Je n'avais jamais réalisé (ou alors j'ai oublié) à quel point les bébés ont des agendas de ministre. Ce n'est pas tant la nature de leurs activités - elles tiennent en une poignée de verbes, au premier rang desquels manger et dormir - plutôt leur emploi du temps. Tu as l'officiel, déjà très affûté, organisé sur 24 heures alors que pour nous, pauvres tâcherons de base, les huit heures de notre journée de travail sont bien suffisantes. Eux non. La nuit compte et même découpées en routines de trois ou quatre heures, en sub-programmes commençant invariablement par un biberon, 24 heures, ça fait pas mal de tranches. Dans l'officiel également, le découpage hebdomadaire. Les jours ordinaires des bébés se suivent, mais ne se ressemblent pas. Y'a les jours de nounou et les autres, les jours avec Mamy et sans, les jours du pédiatre, de la PMI, des visites, des audiences, consultations...

 

 

Mais ce qui réclame une vrai compétence d'attaché-es ministériel-les, c'est les aléas, les imprévus. Notre actuel ministre de l'intérieur a eu son lot de cinglés fonçant dans la foule - on imagine que ses projets et son agenda s'en sont trouvés chamboulés - les bébés ont leurs petits soucis de santé, leurs caprices de star et ces trucs connus d'eux seuls qui leur font imploser les plannings les plus affûtés. Et là, mais comme sous les ors de la République, j'imagine, il faut, quelque soit l'heure, la météo, le lieu, les ressources locales, pouvoir compter sur du personnel disponible pour assurer un repas chaud (équilibré) un transport confortable (si possible couché) une activité culturelle et sportive de bonne tenue, un divertissement irrésistible, le tout pour un temps indéterminé. Puis il faudra à ce même petit personnel dévoué, souriant malgré le manque évident de sommeil, tenter de revenir avec diplomatie à l'agenda officiel, sans froisser la susceptibilité de la haute comme trois pommes personnalité. Non, vraiment, chapeau. C'est un métier. 

commentaires

Laure 26/12/2014 09:46


Je vois que tu as bien saisi la chose. Quand on est "vacant" et acteur-spectateur je pense qu'on prend toute l'ampleur du Royaume Bébé !

Jimidi 27/12/2014 23:40



Oui, voilà, c'est un peu le cours d'histoire en accéléré : on commence par un chouia de tyrannie, puis on glisse doucement vers des régimes plus démocratiques... 



Elsa Saône 25/12/2014 15:42


Tu connais, t'en as eu trois puis deux plus grands.


Y'a des fois, j'ai terriblement envie d'un(e) deuxième et des fois, quand le manque de sommeil est aussi évident que tu le décris, jme dit que ça peut attendre un peu.


Mais oui, c'est un agenda et c'est un métier. Pas rémunéré (hélas) mais c'est un métier. Heureusement qu'on aime ça ! Enfin jveux dire...qu'on les aime quoi !

Jimidi 27/12/2014 23:40



Bah, peut-être ne faut-il pas trop réfléchir... 



Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?