Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 22:42

 

Horloge Karlsson comme celle d'IdoT (presque)

 

 

Cette pendule, qu’on va appeler « la pendule d’IdoT » (elle est sensée ressembler à l’originale, mais la photo fournie par sa propriétaire était inutilisable), me parait illustrer cette idée que certains de nos meubles occupent leur espace dédié, leur fonction décorative mais pas complètement leur fonction d’usage. Cette pendule ne donne une heure précisément lisible que trois quart d’heure par tranche de douze heures, soit une heure et demie par jour au lieux de vingt-quatre. Le reste du temps : démerdez-vous. C’est un peu se foutre du monde non ? En fait : non. Connaissant un peu IdoT, je l’imagine sans trop de peine lire bien autre chose que l’heure sur sa pendule, par exemple que le temps n’est pas seulement une dimension constituée d’intervalles identiques de durée mis bout à bout, il n’est pas seulement une grandeur mesurable, il est également fait d’incertitude, de continuité, d’à-peu-près et d’appréciation subjective.  

 

Passe encore pour la pendule, mais les canapés ? Là, je ne parle pas de celui d’IdoT, du moins pas seulement, mais de tous, à commencer par les deux miens. Dans un canapé, vous avez le choix entre trois usages : Assis, allongé, vautré. Mais comme nos canapés résultent d’un mauvais compromis entre ces trois positions incompatibles, on n’y est souvent ni bien assis, ni bien allongé, ni bien vautré. Au mieux certains d’entre eux réalisent-ils un compromis acceptable entre deux possibilités parmi trois. Dans les miens par exemple, on est pas mal assis, avec quelques coussins supplémentaires on y est relativement bien allongé, quoiqu’il manque dix centimètres pour mes jambes, mais on n’y est pas du tout bien vautré. Tu dis ? Il faudrait s’entendre sur le « vautré » ? Pour moi, quand tu es assis, tu as les pieds au sol, les fesses quasi à la hauteur des genoux ou un peu plus bas et le dos pas très loin de la verticale. L’appuie-tête ne s’impose pas encore. Assis, c’est la position de tes invités au début de l’apéro, surtout s’ils sont nombreux et que la place est comptée. Assis, tu peux encore espérer te redresser puis te pencher en avant, pour intercepter les chips, prendre et poser ton kir. Assis, on est dans un usage social du canap et là, on se fout un peu de son confort, puisque les gens sont assis sur ton standing, ta position dans l’existence, tes valeurs culturelles, bref, sur un élément du décor de la scène ou tu joue ton rôle social. Vautré, les convives sont partis, tu as enlevé ces chaussures qui t’ont torturé toutes la journée et mis les pied sur un pouf ou carrément sur la table basse, ce qui remonte tes genoux quasi à la hauteur de ton menton. Ta colonne vertébrale flirt avec les 45° et ta tête repose sur un coussin ou un appui-tête. Vautré c’est également ta position du lendemain quand tu attendras qu’une bonne séance de lecture chasse les restes de gueule de bois. Allongé, tu as la tête sur l’accoudoir, probablement soutenue par un coussin et les pieds sur l’accoudoir opposé, avec peut-être un autre coussin sous les mollets. Ton corps est quasi à l’horizontal. La télé est allumée, ou la cheminée, ou la chaîne et il est possible que tu improvises une petite sieste en compagnie d’une télécommande ou deux.

 

Tu auras donc eu successivement besoin d’une chaise, d’un relax et d’un lit, mais tu n’auras eu qu’un meuble un peu trop bas et trop profond pour être bien assis, ne prévoyant si ça se trouve rien pour les pieds ni pour la tête, interdisant de ce fait d’être bien vautré et trop étroit pour servir tel quel de lit : un canapé.

 

Jimidi

(En réponse à cet article matelassé de mauvaise fois et bourrelé de parti pris, ne loupez sous aucun prétexte la réponse de Br'1 titrée : "Je kiffe très beaucoup mon canapé")

commentaires

Colombe Linotte 01/10/2012 17:30


ni l'adhésion du mâle, ni LA votre.


(sinon ça voudrait dire que vous avez vous aussi un mâle)


(huhuhu)

Jimidi 01/10/2012 21:41



J'avais rectifié. 


Kevin, tu peux te casser maintenant : elle s'est trompé. 



Colombe Linotte 01/10/2012 17:28


Au nom du ciel. Cher devin jimidi, c'est exactement ce que je disais au mâle hier. On est très très mal assis dans un canapé. Et mal vautré aussi, vous avez raison. C'est un grave problème pour
moi, que je pensais résoudre par l'achat d'un fauteuil qui me permettrait aussi d'allonger les jambes. Mais à part des modèls onéreux et inesthétiques pour seniors, je n'ai rien trouvé. Enfin,
si, les numéros 1, 2 et 3, qui, faut-il le rappeler, n'ont décroché ni l'adhésion ni du mâle, ni du votre, et qui nécessiteraient certainement l'achat d'un petit pouf pour pieds. Mais je vous le
demande ! Dans ce cas, que FAIRE ?

Jimidi 01/10/2012 21:39



Bien sûr, il y a toujours la solution d'acheter une chaise, plus un transat, plus un lit, plus un pouf, mais ça va être difficile à assortir. Sans compter qu'il faut de la place dans le séjour.
L'autre solution, c'est d'aller dans un magasin de meubles - un grand - et d'y aller à deux, sinon c'est pas drôle, puis d'en essayer plein. 


C'est comme ça qu'on a acheté nos capapés. En s'asseyant dedans, ça faisait : "Mmmmm ! ". Mais bien sûr, ils sont moches. 


La vie est mal faite. 


 



cat de tours 20/09/2010 12:29



rhooooooo ...;alors ce sont les murs qui sont blancs (un gage à Idot qui a l'obligation de revenir chez moi !) , le canapé est rouge/bordeaux (un bon point pour Jimidi que je remercie aussi)
et les coussins sont à fleurs (Mikla est invitée à venir se vautrer quand elle veut ! (les chats ont attaqué sauvagement le canapé depuis !))
Faudrait trouver un prétexte pour tous se réunir de nouveau !



Jimidi 20/09/2010 19:16



Tiens, oui, ce serait une bonne idée de trouver un prétexte, genre fin de semaine culturelle, à se faire, je sais pas moi, deux restos, un théatre et les galeries de la rue de Seine, avec
déjeuner chez Cat entre, histoire de passer un peu de temps ensemble. Heu... Mais tous qui, en fait ? (Poursuivons sur Dire)



MiKla 19/09/2010 15:27



Ah non, il était pas blanc, il y avait du rouge dedans, mais suis incapable de me souvenir vraiment, il y avait pas des fleurs aussi ? Me souviens qu'il était intimidant de s'assoire dedans, j'ai
pas pu m'y vautrer, il était trop joli, méritait de la pudeur et de la retenue...



Idothée 19/09/2010 09:44



Un canapé blanc : )



Jimidi 19/09/2010 11:03



Blanc ? T'es sûre ? Je le revois couvert de tissus chiné et coussins contrastant... (Je vous ai déjà dit que j'ai une mémoire daltonienne ?)



mel 18/09/2010 19:54



Vous ne vous êtes point assis par terre lorsque vous vîntes chez moi !



Jimidi 18/09/2010 22:22



Je me souviens surtout d'avoir été très bien reçu, dans une pièce gigantesque et très belle et dans laquelle, ah oui, tiens ? Il y avait un canapé.



br'1 17/09/2010 14:27



Alors là, je ne te suis pas du tout du tout, mais comme mon commentaire aurait été trop long, je réponds ici.



Jimidi 17/09/2010 17:49



J'y cours !



Mélanie de tours 17/09/2010 10:12



Pour être accepté par son canapé, il ne faut pas être contre mais tout contre. 



Jimidi 17/09/2010 18:02



Autant que je me souvienne du vôtre, il était à votre image,  très présent, affirmatif, décoratif et peu utilisé non ?



Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?