Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 10:49

 

  DSCN1764Ça, c'est le petit feu du début...

 

Ah non mais bonjour le casse-tête ! Petit rappel de la situation : on a flanqué par terre un cèdre cinquantenaire, un noyer qui ne l’était gère moins, un if gros comme ça et un thuya moche dans la foulée. Je te laisse imaginer le VOLUME de branches et ramures. Pour te donner une idée, rien que pour l’if, ça faisait sur la terrasse un tas qui la couvrait complètement, sur plus d’un mètre cinquante de haut. Les branches du cèdre : de quoi remplir la benne de D&Co. Le thuya, difficile à apprécier : on a entassé les branches en vrac dans un coin.

 

Samedi : gros chantier à la scie, à la serpe, au sécateur. On était trois,  en terrasse, dont une brune pas au mieux et un Béryl sur-vitaminé. On a mis de longues heures à séparer la ramure de la branchette, la branchette de la branche, la branche de la bûche... Pour te donner là-encore une idée du volume, rien qu’en verdure, on en a charrié cinq mètres cubes, faciles à estimer, puisqu’on les a déplacé dans les big-sac Casto de la terrasse au fond du jardin côté rue. Tout ce qui était débitable en bûchettes à brûler un jour à été entreposé en dehors du chemin en attendant le passage de la tronçonneuse. Y’en aura, là aussi pour des heures, et les troncs (cet if avait plusieurs « troncs ») ont été stockés hors sol en attendant que notre ébéniste maison les utilise pour faire des arcs. Il a déjà les flèches.

 

Notre objectif était de libérer la terrasse, histoire que les Duts n’aient pas cet énorme tas de branchages sous les yeux trop longtemps. Nous l’avons fait et bien fait. Guy nous a avoué que cette vision le déprimait un peu tant le chantier lui paraissait énorme.

 

Mais ça, si tu as bien suivi, ça ne concernait qu’un arbre sur quatre et pas le plus gros. En soirée, on discutait des alternatives : acheter un broyeur, louer un broyeur... et peut-être te vient-il à l’esprit une autre alternative, celle d’emporter tout ça à la déchetterie, puisqu’il semble bien que ce soit le geste politiquement correcte. Sauf que dans le village des Duts, il n’y a pas de déchetterie et que le seul volume des déchets à transporter aurait exigé un camion, pas trop petit.

Autre obstacle au broyage de nos résineux, le résultat n’est pas utilisable pour le compost (Le tuya et l’if sont carrément toxiques et le cèdre est imputrescible) à peine pour le paillage. La littérature dispo sur internet est unanime sur ces points.

 

Je te résume : un Himalaya de branches de résineux et rien à en faire.

 

On y a mis le feu.

 

Je sais, c’est interdit, ça dégage des particules, ça gêne les voisins, mais franchement, je ne vois pas quoi faire d’autre.

 

Tout n’y est pas encore passé et non, on n’a pas brûlé ce qu’on avait délicatement trié de l’if, juste du cèdre et un peu de noyer. Il y aurait encore une bonne flambée à prévoir, mais j’hésite : c’est mal. (Ceci dit : c’est radical et le résineux a peut-être beaucoup d’inconvénients, mais ça brûle du feu de Dieu !)

 

Moralité : ne laissez jamais, jamais, jamais vos résineux devenir de vrais grands arbres dont on ne sait un jour plus quoi faire.

 

DSCN1779Et ça, la grosse braise de la fin.

Published by Jimidi - dans À la maison
commenter cet article

commentaires

mélanie 04/11/2014 10:29


une annonce sur le Bon coin ?

Jimidi 04/11/2014 13:10



Genre : "À prendre, sur place, une tonne cinq de débris végétaux de résineux, dont vous ne pourrez rien faire, mais ce sera VOTRE problème." ?



Laure 03/11/2014 12:58


BRF


pas BFR !!


Bois Raméal Fragmenté

Jimidi 03/11/2014 16:02



Voilà, BRF, comme ils disent sur les inombrables sites de jardinage et de permaculture. T'ai-je dis que ça y est, j'ai jeté les bases de ma première butte de permaculture ?



Laure 03/11/2014 12:55


Oué, dur dur. Nous on broie ce qui ne peut faire du BFR (en petits volumes...progressifs) et on amène à la déchett. broyé, car en branches ça tiendrait pas dans la bagnole.


Y'a un moment on peut pas tout entreposer. La vache, le chantier !! Vous avez eu un peu les yeux gros comme le ventre en vous attaquant à plusieurs arbres ET ceux là...Bon, leçon retenue.


Brûler petit à petit pour les aprem glaciales de l'hiver...?


Rien qui n'aille dans la cheminée ? Trop encombrés ?


Ooué...de quoi vomir de l'arbre dans tes cauchemars...une nouvelle à écrire sur les arbres vengeurs !

Jimidi 03/11/2014 16:01



J'ai déjà pas mal écrit, sur les abres (ici d'ailleurs, je crois) pour m'apercevoir que oui, ils ne sont pas forcément nos amis. Et oui, bien sûr, on garde ce qui peut l'être pour la cheminée,
où, je te nous le fais remarquer, ça va brûler pareil, en pollution et particules, mais "à petit feu", heu heu ! Pour ce qui est des "yeux plus grands que le ventre" bah non. Comme on n'est pas
tout à fait chez nous, mais chez les parents, on a pas voulu passer pour tous les arbres par un élageur pro, qui serait venu avec son broyeur pro et sa facture salée pro.



Elsa Saône 03/11/2014 12:21


Ouais nan mais louer une benne les yeux de la tête pour arriver devant la décheterie qui va te dire "Nan mais où voulez-vous que je mette tout ça ???" alors que c'est la première benne sur douze
moyen quoi...


Fais-y donc un feu de joie ! Le plus vite sera le mieux !


Y'a pas des morceaux qu'on peut garder pour la cheminée des fois ?

Jimidi 03/11/2014 15:56



Plein ! Mais justement, on "desosse" déjà pas mal pour les garder. On a facile deux ans de bois d'avance, pour la cheminée, là.


Nous sommes d'accord : le feu.



Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?