Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2014 7 11 /05 /mai /2014 07:37

 

Sale-petit-bonhomme.jpg

 

 

Lettrine--S-Brodway-inox-.jpg

 

 

 

ale petit bonhomme ! Il ne portait plus d'ailes, plus de bandeau sur l'oeil et d'un huissier modèle arborait les sombres habits. Dès qu'il avait connu le krach, la banqueroute de nos affaires de coeur, il s'était mis en route pour recouvrer tout son fourbi.  Pas plus tôt descendu de sa noire calèche, il nous a dit : « Je viens récupérer mes flèches, maintenant pour vous superflues. » Sans une ombre de peine ou de mélancolie, on l'a vu remballer la vaine panoplie des amoureux qui ne jouent plus. Avisant, oubliée, la pauvre marguerite qu'on avait effeuillée, jadis, selon le rite — quand on s'aimait un peu beaucoup — l'un après l'autre, en place, il remit les pétales. La veille encore, on aurait crié au scandale ; on lui aurait tordu le cou.  Il brûla nos trophées, il brûla nos reliques, nos gages, nos portraits, nos lettres idylliques. Bien belle fut la part du feu. Et je n'ai pas bronché, pas eu la mort dans l'âme, quand, avec tout le reste, il passa par les flammes une boucle de vos cheveux.  Enfin, pour bien montrer qu'il faisait table rase, il effaça du mur l'indélébile phrase : "Paul est épris de Virginie. " De Virginie, d'Hortense ou bien de Caroline, j'oublie presque toujours le nom de l'héroïne quand la comédie est finie.  « Faut voir à pas confondre amour et bagatelle ! À pas trop mélanger la rose et l'immortelle, qu'il nous a dit en se sauvant, à pas traiter comme une affaire capitale une petite fantaisie sentimentale. Plus de crédit dorénavant ! »

 

Ma mie, ne prenez pas ma complainte au tragique. Les raisons qui, ce soir, m'ont rendu nostalgique, sont les moins nobles des raisons et j'aurais sans nul doute enterré cette histoire si, pour renouveler un peu mon répertoire, je n'avais besoin de chansons.

 

"Sale petit bonhomme" - Georges Brassens in « Mysogynie à part », novembre 1969.

 

 

Voir aussi « Cupidon s’en fout » dans l’album « Trompe la mort », décembre 1976 :

 

Sale-petit-bonhomme-et-Cupidon-s-en-fout.jpg

 


Pour changer en amour notre amourette, il s'en serait pas fallu de beaucoup. Mais, ce jour-là, Vénus était distraite. Il est des jours où Cupidon s'en fout.

Des jours où il joue les mouches du coche, où elles sont émoussées dans le bout, les flèches courtoises qu'il nous décoche. Il est des jours où Cupidon s'en fout.

Se consacrant à d'autres imbéciles, il n'eut pas l'heur de s'occuper de nous, avec son arc et tous ses ustensiles. Il est des jours où Cupidon s'en fout.

On a tenté sans lui d'ouvrir la fête. Sur l'herbe tendre, on s'est roulés, mais vous avez perdu la vertu, pas la tête. Il est des jours où Cupidon s'en fout.

Si vous m'avez donné toute licence, le cœur, hélas, n'était pas dans le coup. Le feu sacré brillait par son absence. Il est des jours où Cupidon s'en fout.

On effeuilla vingt fois la marguerite : elle tomba vingt fois sur "pas du tout" et notre pauvre idylle a fait faillite. Il est des jours où Cupidon s'en fout.

Quand vous irez au bois conter fleurette, jeunes galants, le ciel soit avec vous ! Je n'eus pas cette chance et le regrette. Il est des jours où Cupidon s'en fout.

commentaires

La Passante 11/05/2014 14:24


Brassens, parfois, m'agace - et particulierement dans ces deux chansons-là :  à tel point que je me demande, en l'ecoutant, en le lisant, s'il a jamais connu l'amour ?

Jimidi 11/05/2014 23:10



En tous cas, il a dû connaître l'amour déçu, hu hu ! 



Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?