Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 09:37

 

  Céanothe - bijou

 

 

Lettrine--L--Prokofiev-Ceanothe-.jpgincontestable talent de Céanothe réside pour moi dans la façon dont ses clichés nous donnent à voir à la fois le temps qui passe et le temps qui ne passe pas, autrement dit l’éternité.

 

 

 

 

 

Céanothe - automne

 

C’est peu dire que j’ai été ébloui en découvrant la première fois les photos de Céanothe sur « Promenades » son carnet, grâce à un lien proposé à l’époque par Canelle.   

 

Céanothe - automne 2

 

Je ne sais pas si comme moi vous prendrez la peine (joyeuse !) de parcourir plusieurs dizaines de pages du carnet de Céanothe. Si vous deviez le faire peut-être serait-il intéressant pour vous de commencer du début -mars 2008 - puis d’arriver doucement à nos jours ? Perso, j’ai fais le chemin inverse, mais je pense que nous arriverions aux mêmes réflexions : C’est de mieux en mieux. Attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, c’était déjà TRES INTERESSANT au départ. Je n’en veux pour preuve que la photo mise en ligne le 29 novembre 2008 qui est une pure merveille. Mais il me semble qu’au fil des jours, le propos se resserre, le regard se précise, comme on dit d’une oreille quelle se tend. Il y avait au début quelques plans plus larges, des forêt, presque des paysages : il n’y en a plus. Mais il y a mieux, comme si de se rapprocher toujours plus permettait à l’artiste de montrer quelque chose de toujours plus vaste, parce que plus essentiel. 

 

Céanothe - structures

 

Mais quoi ? Je vais y venir et de toute façon, je vous l’ai déjà dit, mais poussez pas derrière ! Il m’a semblé percevoir également que Céanothe en appelait de plus en plus souvent au fond noir, ou blanc. Je pourrais dire qu’alors ses sujets apparaissent de plus en plus décontextualisés, mais je risque encore de perdre mille lecteurs * qui vont se barrer sur Netkulture. Pourtant, ces quelque indices discrets : se rapprocher du sujet, l’isoler de ce qui pourrait divertir ou faire joli, peut-être même retoucher, me paraissent signer une démarche d’une grande exigence.

 

Parce que ne nous voilons pas les yeux, avec son talent, Céanothe pourrait sans doute photographier le bottin – il faudrait juste le congeler d’abord – ou d’impeccables floraisons printanière et nous serions tous très content de l’avoir en fond d’écran. Il n’est même pas interdit de penser qu’un jour (lointain) elle ait trouvé que le givre et la glace ajoutaient quelque chose de décoratif et classieux, comme le sucre au bord des verres de cocktail et la neige en bombe pulvérisée sur les sapins de Noël. On en est désormais très très loin. Dépouillés de leur fond, mis à nus par l’œil toujours plus inquiet du photographe, radiographiés jusqu’au squelette, jusqu’à la structure par le givre et l’objectif, les végétaux de Céanothe montrent leurs promesses et leur renoncement, leur gloire annoncé et leur humilité d’hiver. On est avant la floraison, ou après. On est dans ce qui s’annonce et dans ce qui fane, au même moment dans l’éphémère et l’immanent, dans ce qui va se passer et qui pourtant ne disparaîtra pas.

 

Il y a pour moi, finalement, quelque chose d'un peu tragique dans les photos de Céanothe qui ne tient pas à leur seule mise en scène. C’est quelque chose qui touche juste, à cet endroit précis du vivant – que peut-être tout le vivant partage - où nous sommes transitoires et pourtant éternels. C’est en ce sens que pour moi, Céanothe photographie en même temps l’éphémère et l’éternité.

 

 

39952749

 

* Ben quoi ? On peut toujours rêver !

 

Published by Jimidi - dans Photo
commenter cet article

commentaires

Jimidi 05/02/2011 20:13



(Quand je pense que cet article n'a reçu aucun commentaire...)



Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?