Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 10:45

 

Jo en Thaïlande - Ballet de poissons 1 - Le carnet de Jimi 

 

 

Pseudo - Tout le monde s’en fout, à commencer par moi (mais peut-être pas lui ?) : j’ai un homonyme sur le Net. Si si, un passionné de trains. Ou plutôt, si j’ai bien compris, un passionné de modèles réduits de train. Je ne lui en veux pas d’avoir adopté « Jimidi » comme alias puisque en fait, je crois bien qu’il était le premier.

 

On n’a pas fini d’en bouffer - abandonnées chez nous par le ressac d’une nouvelle vague de mode, saturant l’air du temps d’un dernier cri, elles envahissent notre quotidien...

 

Les LED - On les trouvaient jusque là sur nos appareils électroniques, comme voyant. On les trouve désormais, obligatoirement, dans les « feux de jours » des nouvelles voitures, dans toutes sortes d’éclairages domestiques - y compris extérieur - mais également, c’est plus surprenant, dans des pantoufles qui vous permettent de voir où vous allez, la nuit, sans allumer « en grand » ; dans un paillasson d’extérieur s’allumant dès que vous approchez (il n’aboie pas encore, mais ça ne va peut-être pas tarder). Dans certains pommeaux de douche, où ils changent de lumière pour vous indiquer la température de l’eau et, c’est nouveau, comme éclairage d’aquarium.  

 

Les microfibres - Se déclinent sous d’innombrables formes en ustensiles de ménage, mais également en couvertures, plaids... se tirant la bourre avec une fibre qui marche pas mal elle aussi : le bambou. Chaussettes, peignoirs, literie... Je rappelle à Br’1 qu’elle nous doit un article sur la microfibre.

 

La céramique - Si ce mot évoque pour vous quelque tesson néolithique exhumé d’une tombe au pinceau par un archéologue n’aimant pas les serpents : oubliez. La céramique est désormais à sa place dans nos cuisine, dans tout ce qui tranche : couteaux, épluche-légumes, mandolines, mais également comme revêtement anti-adhésif de certaines poêles et sauteuses.

 

Livres - Tiens, ça me fait penser que je suis en retard pour mon achat trimestriel chez Rance Moisir. Ce qui me fait penser également m’être sensiblement écarté de la vérité en affirmant il y a peu ne pas acheter de livres. D’autant que je viens de m’offrir coup sur coup mais néanmoins par Internet : ABC 3D de Marion Bataille, les trois ouvrages de JML dispos chez Chemin de Plume - j’ai des cadeaux à faire - et L’anthologie de la revue « Bizarre » que Philippe Didion présente ainsi dans sa notule 476 :

 

Lecture. Bizarre. Anthologie 1953-1968 (établie et commentée par Jean-Marie Lhôte, Berg International Editeurs ; 674 p., 45 €).

Je suis né en 1960. La rondeur de la dizaine m'amène parfois à me demander ce que j'aurais vécu si j'étais né en 1940, 1950, 1970... Si j'étais né en 1950, j'aurais sans doute été encore trop jeune pour goûter tous les épisodes de Signé Furax mais j'aurais vu Le Gendarme de Saint-Tropez au cinéma, j'aurais acheté des 25 centimètres de Georges Brassens, j'aurais regardé Les Shadoks à la télévision et, j'en suis certain, je me serais abonné à la revue Bizarre. J'ai appris l'existence de celle-ci bien tard, en lisant les Nouveaux trucs et machins (Zulma, 2004) de Michel Laclos, qui en fut l'initiateur et le rédacteur en chef. 15 ans d'existence, 46 numéros dont certains atteignent aujourd'hui des prix coquets sur les marchés d'occasion. Autant dire que cette anthologie est une bénédiction. Elle n'a pas été confiée à n'importe qui : Jean-Marie Lhôte fit partie de l'équipe de Bizarre, on lui doit notamment l'intégralité d'un numéro consacré à "Shakespeare dans les tarots et autres lieux". Shakespeare et les tarots. C'est un bon raccourci des thèmes auxquels se consacrait Bizarre : de l'essentiel, du futile, de l'inattendu. Des auteurs auxquels, à l'époque, il n'était pas commun de s'attaquer : Gaston Leroux dès le premier numéro, Raymond Roussel, Boris Vian, André Frédérique... Des thèmes quasiment pré-oulipiens : le palindrome (en 1955), les fous littéraires (en 1956), l'art brut, le lettrisme... Des noms déjà connus ou qui ont fait du chemin depuis : Jean-Paul Clébert, François Caradec, Noël Arnaud, André Blavier, Francis Lacassin, Pascal Pia...Sans oublier la partie graphique : à époque où le dessin de presse est dominé par les Bellus, Kiraz et Faizant, Bizarre découvre, publie et soutient Topor, Siné, Chaval, et bien d'autres. Au fur et à mesure de ma lecture, je me suis aperçu que Bizarre avait rassemblé, au fil de ses numéros, la plupart des auteurs et des sujets auxquels je me suis intéressé pendant ces quinze dernières années dont j'ai vécu une bonne moitié sans connaître l'existence de la revue. En fait, si j'étais né en 1950, j'aurais peut-être gagné du temps.

Perle. Chaval, à propos de son oncle (n° 41, juin 1966) : "Il y avait chez lui du Léautaud en moins coquet". On voit le tableau. 

 

Dans cette livre&zon, le meilleur rapport jubilation immédiate/prix revient sans conteste à ABC 3D. Ce livre objet de Marion Bataille est une merveille et franchement, pour moins de 15 euros, c’est cadeau. D’ailleurs tiens : je vais l’offrir à mon frère.

 

Télévision - Je me faisais inutilement une joie de regarder vendredi soir le dernier épisode de NCIS pour cette saison : je n’y ai strictement rien compris.

 

Illustration - Il n’y a toujours aucun rapport entre le texte de cet article et cette deuxième photo du même banc de poissons photographié par Jo en Thaïlande.

 

Published by Jimidi - dans Vrac
commenter cet article

commentaires

br'1 06/02/2011 12:43



Un jour, tu verras, un jour, si-si, je n'oublie jamais: la microfibre, la gym sensorielle, et depuis hier: le p'ansori coréen. Et le récit de mon voyage en Chine dont il manque la moitié. Tu
verras. (Qu'est-ce qui existe pour avoir un congé maladie de 3 mois mais qui fait pas mal?)



Jimidi 06/02/2011 12:49



L'alcoolisme ? (Suis moyennement tenté) Mais tiens nous au courant : je suis preneur.



Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?