Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 17:59

J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée d’attendre un peu que le moteur refroidisse. Quelques minutes plus tard, j’essaye de redémarrer : rien. On entend bien le démarreur, mais le moteur ne démarre pas. Une fois, deux fois, rien à faire. Je soulève le capot : c’est effectivement chaud bouillant. Le réservoir de liquide de refroidissement est complètement à sec. Je laisse ouvert et projette d’aller sonner à une maison pour demander de l’eau. Chemin faisant, je passe devant un local poubelle où m’attend un gros bidon plastique vide. Je m’en empare et me dit que la Saône étant juste à côté, je vais pouvoir y puiser de l’eau. Le quai n’était pas directement accessible là où je suis, je longe la route quand, venant à contre-sens, une voiture s’arrête dont le chauffeur me hèle :

– C’est votre voiture qui est en panne ?
– Oui.
– De quoi avez-vous besoin ?
– De liquide de refroidissement.
– Je vais en chercher, et je reviens.

Je retourne à la voiture attendre mon bon samaritain. Je farfouille dans les papiers pour trouver le numéro de l’assistance, me disant qu’au bout du bout, si je ne redémarrais pas, sans doute aurait-il un téléphone portable à me prêter. Le voilà de retour. Il a pris le temps d’aller chercher un pote qui s’y connaît en mécanique, plus un bidon de liquide de refroidissement neuf de 5 litre plus un bidon d’eau. Le pote vérifie l’huile, histoire de confirmer ou non le diagnostic de « joint de culasse ». Ça à l’air d’aller. Mon bon samaritain verse le liquide dans le réservoir. Quatre litres disparaissent dans les profondeurs surchauffées de la tubulure. Au cinquième, on voit le niveau se stabiliser entre le max et le min. Le pote me demande de démarrer : au deuxième coup, ça ronronne. Joie partagée ! Il se trouve que pour une fois, j’avais un peu de monnaie dans mon sac. Je prends un billet. Mon bon samaritain me vois arriver à des kilomètres :

– Non, non ! Non non : on fait pas ça pour l’argent !
– Mais votre bidon de liquide de refroidissement, votre déplacement…
– Non non. Garde le bidon et ce qui reste dedans, pour complêter, on sait jamais…

Pendant ce temps là, le pote refermait le capot. Remerciements, poignées de main. Je continue ma route, eux font demi-tour et continuent la leur. Tout ça s’est passé en une demi-heure maxi.

Je ne l’ai pas précisé, puisque ça n’avait aucune importance dans la circonstance, mais mes deux bons samaritains portaient chacune une djellaba immaculée (inquiétude pour moi, quand le pote mécano a vérifié l’huile…). Peut-être pas la tenue idéale pour la mécanique, mais pour porter secours à son prochain en période de Ramadan, si.

Published by Jean-Marie Dutey
commenter cet article

commentaires

Lithium polymer battery 04/01/2017 17:41

There's nothing like planning your annual holiday. The anticipation of an exotic or a romantic destination and all the fun activities, fill up your whole day and your daydreaming time.

Articles Récents

  • Bisounours et langue de bois
    Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma...
  • La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable
    La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait...
  • Vivement que tous nos logement soient accessibles...
    Vivement que tous nos logement soient accessibles aux handicapés, qu'on puisse se faire livrer les courses par des robots. Ou par des handicapés, d'ailleurs.
  • J’étais tranquillement en route pour aller chez...
    J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée...
  • Louons la Vache :
    Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
  • Non mais, franchement...
  • Je ne m'en lasse pas :
  • "Mais puisque je vous dit que mon attestation...
    "Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
  • On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...
    On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore,...
  • Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais...
    Allo ? Y'a quelqu'un là haut ? Quand je disais "on va tous mourir !" Je PLAISANTAIS ! C'est bon ? Tu peux remettre la clim ?